Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marcel Damervalle, un résistant dijonnais décoré de la Légion d'Honneur

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les cérémonies du 8 mai 1945 ont distingués quatre anciens résistants hier à Dijon à l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la guerre. Parmi eux, Marcel Damervalle, 88 ans, membre du 1er bataillon des francs-tireurs de l'Ain pendant le conflit, a reçu la Croix de la Légion d'Honneur.

Marcel Damervalle, ancien combattant décoré de la Légion d'Honneur
Marcel Damervalle, ancien combattant décoré de la Légion d'Honneur © Radio France - Arnaud Racapé

La poignée de main est ferme, la posture très militaire, mais le sourire franc et amical. D'emblée, Marcel Damervalle l'affirme : "quand on m'a appelé pour la Légion d'Honneur, j'ai cru à un canular. J'étais sûr qu'on me faisait marcher".

Nous n'étions pas des héros, nous étions des bricoleurs

Humble, l'homme porte un regard plein de recul sur son parcours de résistant. A l'époque, il n'a que 16 ans, il n'est qu'un adolescent insouciant, inconscient qu'il vient d'entrer dans le conflit le plus meurtrier de l'Histoire. "Nous n'étions pas des héros", nuance-t-il, "nous étions des bricoleurs, pour nous c'était l'aventure." 

D'abord travailleur à la ferme dans l'Ain, Marcel intègre rapidement le 1er bataillon "FTPF", les francs-tireurs patriotes de France, et adopte le nom de guerre "Louis Garnier". Il devient maquisard, comme son père avant lui. Et démontre d'indéniables qualités : très vite, il est promu au commando du maquis de la 9e compagnie, et prend part à toutes les missions contre l'ennemi. 

Marcel Damervalle se souvient parfaitement du jour où la guerre a pris fin

De la fin de la guerre, il garde une image bien précise, à l'image de sa mémoire qui ne l'a jamais trahi: il a alors 17 ans, il est en poste à Coligny, dans l'Ain, chargé de protéger la route nationale entre Lyon et Strasbourg. Au côté de ses compagnons d'armes, il voit alors défiler à toute vitesse des dizaines de chars libérateurs. "C'est un sentiment tellement profond, c'est difficile à décrire", poursuit-il.

Plus tard, Marcel intègrera l'armée de l'air où il fera carrière pendant 23 ans, côtoyant l'horreur à nouveau, en Indochine, ou au Congo Brazzaville notamment. Mais à 88 ans, ce "jeune" dijonnais est déterminé à poursuivre son chemin, comptant sur sa bonne étoile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess