Politique

Marie Bové (EELV) : "la petite musique des partis est terminée"

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde mercredi 23 septembre 2015 à 10:16

Marie Bové dans le studio de France Bleu Gironde
Marie Bové dans le studio de France Bleu Gironde - Florence Pérusin

La conseillère régionale Europe Ecologie Les Verts qui n'a pas été retenue par le parti pour les régionales monte sa liste dissidente.

France Bleu Gironde : c'est décidé, vous la montez cette liste dissidente?

Marie Bové : ce qu'il faut bien comprendre,  c'est la dynamique qui s'est mise en place depuis le mois d'avril dernier. Un certain nombre de citoyens dans notre région estiment que les structures mêmes des partis sont dépassées pour les représenter et pas seulement chez Europe Écologie les Verts. Ce sont des militants associatifs ou tout simplement des gens impliqués qui pensent que leurs propositions peuvent faire avancer les politiques publiques et c'est précisément sur cette vague là que la vague citoyenne s'est construite.

Ce n'est pas aussi parce que vous êtes vexée de ne pas avoir été retenue par Europe Ecologie Les Verts ?

Alors, sur la vague citoyenne, les militants qui ont une carte, sont minoritaires. Il faut savoir répondre à un appel sans faire de cette main tendue, la gamelle du clientélisme ou des déshérités. Comme le montre le sondage Opinion Way qui a été publié la semaine dernière, 74% des français pensent que leur participation en politique est vitale et que la petite chanson des partis est aujourd’hui dépassée.

Cela veut dire que vous allez rendre votre carte d'EELV ?

Non, moi je suis une militante, j'ai pris des engagements et je m'y tiens. Ce que j'essaie de faire comprendre à ma famille politique c'est qu'aujourd'hui, il est vital de se servir de cette vague citoyenne au lieu de l'inclure sur des listes mais à des positions non éligibles pour dire à un moment donné qu'on représente la société. On valorise des individus qui ont des idées pour que ces personnes là puissent avoir des responsabilités.

Comment expliquer vous l'effusion dans votre parti ?

Aujourd'hui il y a un émiettement de l'écologie politique. La tentative de 2009 a été un échec, et d’autres partis ont récupéré l'écologie. D'autres ont aussi essayé de verrouiller les militants et au final on est dans de la tambouille interne incompréhensible.

Vous dites que vous ne voulez pas faire du "Rousset bashing", vous voulez préserver vos chances de rester à la région ?

Moi je pense que la contestation ça doit aussi être une manière de proposer des choses. Alain Rousset peut être l'un de ces partenaires pour faire avancer les politiques publiques. Si la région par exemple, choisissait de garder l'écotaxe en Aquitaine, on pourrait financer des TER à 1 euros comme ça existe déjà en Languedoc-Roussillon.

Vous voterez Rousset au second tour ?

Je ne sais pas qui sera au second tour, mais on verra les scores de la vague citoyenne. On se réunit cet après midi (mercredi) justement pour recevoir les candidatures et je me plierai à la décision du bureau.

Marie Bové: "La petite chanson des partis est aujourd'hui dépassée"