Infos

Marie-Guite Dufay à la vice-présidence de la BPI ?

Par Simon Chrétien, France Bleu Besançon jeudi 3 avril 2014 à 19:18

Clone of Marie Guite Dufay
Clone of Marie Guite Dufay © Maxppp

La présidente de la région Franche-Comté pourrait succéder à Ségolène Royal au poste de vice-présidente du conseil d'administration de la Banque Publique d'Investissement.

Marie-Guite Dufay pourrait-elle profiter du remaniement ministériel ? La question se pose depuis que Ségolène Royal, nouvelle ministre de l'Ecologie a décidé de démissionner de son poste de présidente du Poitou-Charente. Elle devrait donc aussi abandonner la vice-présidence de la BPI , la Banque Publique d'Investissement créée en 2013 dans le but d'aider au financement des entreprises innovantes de toute la France. Et c'est Marie-Guite Dufay qui pourrait lui succéder.

Pourquoi? Pour comprendre il faut se plonger dans le système de gouvernance de la BPI. A sa tête, un délégué général et un président, deux postes occupés par des techniciens. Viennent ensuite, deux postes de vice-présidents, des fonctions revenant logiquement à deux présidents de régions : un homme et une femme.Jusqu'à maintenant, la fonction était donc dévolue à Ségolène Royale, présidente de la région Poitou-Charente et à Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France. Problème : Ségolène Royal, tout juste nommée ministre a annoncé sa démission à la tête de sa région. Il faudra donc désigner un nouveau président de région au poste de vice-président de la BPI. Or, parité oblige, il faudra que ce soit une femme... et il s'avère que l'élue franc-comtoise est la seule femme à occuper cette fonction.

Jointe par téléphone, Marie-Guite Dufay ne veut pas trop s'avancer sur le sujet. Elle préfère attendre la décision de l'ARF, l'Association des Régions de France, c'est elle qui désignera la nouvelle vice-présidente.

"Je ne refuserais pas"

En tout cas, si ce poste lui est proposé elle ne refusera pas ... d'autant plus que l'élue franc-comtoise connait bien le fonctionnement de la BPI, elle est actuellement vice-présidente du conseil d'orientation, l'organe consultatif de la BPI. En intégrant le conseil d'administration, elle pourra donc prendre part aux grandes orientations stratégiques de la banque. Elle aura surtout le rôle de représenter les régions au sein de l'organisme.

Quoiqu'il en soit, il ne s'agit à l'heure actuelle que d'une hypothèse. C'est bien l'Association des Régions de France qui désignera la future vice-présidente, peut-être la semaine prochaine mais c'est surtout le conseil d'administration de la BPI qui prendra la décision finale le 30 avril prochain.

Partager sur :