Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Marine Le Pen justifie la location à 130.000 euros d'un jet privé lors de la Présidentielle

lundi 4 juin 2018 à 10:39 Par La rédaction de France Bleu Nord, France Bleu Nord

La Présidente du Rassemblement National, l'ancien nom du Front National, est revenue sur France Bleu Nord, ce lundi matin, sur son voyage au Tchad en pleine campagne présidentielle, à bord d'une jet privé.

Marine Le Pen présente le nouveau nom et logo du Rassemblement National
Marine Le Pen présente le nouveau nom et logo du Rassemblement National © Maxppp - Joël Philippon

Lille, France

Si les comptes de campagne de Marine Le Pen ont bien été validés par la commission nationale chargée de les étudier, c'est la candidate qui a vu le montant le plus important être invalidé : 873.576 euros. Notamment, un aller-retour vers le Tchad facturé 18.950 euros pour la location de jets privés (un Falcon 900 et un Gulfstream). La députée du Pas-de-Calais s'en est expliqué ce lundi matin sur France Bleu Nord : 

J'ai été obligé de louer un jet parce que le gouvernement français a fait pression sur la compagnie aérienne pour empêcher de rejoindre la résidence du Président du Tchad

Marine Le Pen s'explique sur la location de jets privés

La candidate à la Présidentielle explique ainsi avoir dû louer au dernier moment un avion d'affaires : 

Je ne vais pas être doublement victime : des agissements du système contre moi et des analyses des journalistes. C'est comme pour les banques, on nous interdit d'avoir accès à un compte en banque et on vient nous reprocher après d'avoir emprunté à un parti politique

La présidente du Rassemblement National qui conclue : 

On avance dans des difficultés qui sont majeures mais on tient bon malgré tout ce qu'on nous fait parce qu'on se bat [pour les Français] et pas pour nous !

Le Rassemblement National, un parti de gouvernement

Auparavant, la présidente du Rassemblement National est revenue sur le changement de nom de son parti :

C'est un changement de nature du FN : ce n'est plus un parti d'opposition mais un parti de gouvernement

Réécoutez l'interview de Marine Le Pen sur France Bleu Nord

Marine Le Pen qui a encore bon espoir de nouer une alliance aux prochaines élections européennes, en juin 2019, avec le parti Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan, qui l'avait soutenue à la dernière Présidentielle : 

Je ne crois pas que les propos de Nicolas Dupont-Aignan soient définitifs. Je ressens de sa part une crainte d'être absorbé dans le Rassemblement National. Ce n'est pas mon objectif. 

Pour Marine Le Pen, les deux partis partagent le même constat et le même projet sur l'Union Européenne  : "J'envisage ce départ commun aux élections comme la capacité de terminer la recomposition de la vie politique que nous avons théorisé et qu'Emmanuel Macron a enfourché pour arriver en tête des élections européennes".

Marine Le Pen dénonce la politique migratoire du gouvernement

Deux camps de migrants ont été démantelés ce lundi matin, par la police, à Paris. La députée du Pas-de-Calais juge durement cette décision :

Ce qui se passe à Paris, c'est exactement ce qui se passe à Calais. On voit bien l'échec de cette politique. On refuse en amont de maîtriser notre politique migratoire puisqu'on laisse les frontières grandes ouvertes

Pour l'élue RN, ce démantèlement va accentuer l'installation durable de migrants "partout à travers le pays, jusque dans le moindre village, sans l'accord des populations et des maires. C'est une politique dramatique pour notre pays. C'est la raison pour laquelle tous les autres pays disent stop, arrêtez avec cette folie. Emmanuel Macron est le seul avec Mme Merkel à poursuivre cette politique qui nous mène dans le mur".