Politique

VIDÉO - Marion Maréchal-Le Pen prise à partie à la sortie d'un meeting à Guillestre

Par Gabriel Massenot, France Bleu Provence samedi 19 septembre 2015 à 20:26 Mis à jour le lundi 21 septembre 2015 à 11:45

Marion Maréchal-Le Pen
Marion Maréchal-Le Pen © Max PPP

Huée et chahutée par des contre-manifestants vendredi à Guillestre (Hautes-Alpes), Marion Maréchal-Le Pen a réagi ce lundi sur France Bleu Provence. Elle déplore les méthodes du maire de la commune Bernard Leterrier, qui, de son côté, dénonce une provocation.

Marion Maréchal-Le Pen connaît un début de campagne agité, à moins de 3 mois des élections régionales des 6 et 13 décembre prochains. La tête de liste Front national en région PACA a réuni une quarantaine de sympathisants vendredi soir dans une salle de Guillestre. Des opposants l'ont prise à partie au moment où elle quittait le meeting. 

"De la drogue et de l'alcool à 10 mètres de la salle."

Sur France Bleu Provence ce lundi matin, la députée FN du Vaucluse, a eu des mots très durs contre Bernard Leterrier,  le premier magistrat de cette commune des Hautes-Alpes : "C'est le maire de Guillestre qui a encouragé cette manifestation à 10 mètres de notre lieu de réunion, alors même que nous l'avions alerté sur les risques. Il a même laissé de la consommation d'alcool et de drogue, pendant deux heures,  devant les forces de l'ordre." 

Pour Marion Maréchal-Le Pen, "ce qui devait arriver est arrivé : les militants se sont fait insulter, huer. Moi-même, j'ai été bousculée. Nous avons eu trois blessés.". 

Traitée de "facho", un liquide lui a également été jeté dessus, probablement de la bière.

Trois plaintes au total

Sur le terrain judiciaire, Amaury Navarranne, candidat FN dans les Hautes-Alpes, a immédiatement déposé une plainte contre X pour "menaces de mort" et "manquement grave aux responsabilités d'ordre public,  de sécurité et de salubrité à l'encontre du maire".  Il affirme que "la contre-manifestation était trop proche du lieu du meeting". Selon Marion Maréchal-Le Pen, deux autres plaintes ont été déposées.

"Une bousculade mais pas de violence", selon le maire de Guillestre

Le maire de Guillestre, justement, a pris la parole après ces incidents. Bernard Leterrier, écologiste, affirme à l'AFP que Marion Maréchal-Le Pen a fait "une sortie inopinée au milieu des manifestants ce qui a provoqué une bousculade mais pas de violence".  Selon Bernard Leterrier, "toutes les règles de sécurité avaient été respectées par la mairie."

La tête de liste FN pour les élections régionales veut quand même "relativiser" ces incidents. "C'est un élu qui a tout fait pour que ça dérape. La plupart des contre-manifestants n'étaient même pas des gens du coin. Mais en dépit des intimidations, la salle était pleine, avec des habitants du village. Sur le terrain, j'ai un accueil absolument sympathique".

"Je ne ferai aucun sectarisme"

Ce lundi sur  France Bleu Provence, Marion Maréchal-Le Pen a également réagi aux propos de Christian Estrosi, tête de liste "Les Républicains" pour ces élections régionales. Le maire de Nice demande son exclusion de la campagne électorale. La raison : l'un des candidats de la liste FN en PACA, Philippe Vardon,  a été condamné pour "incitation à la haine raciale". 

Réponse de la jeune députée FN du Vaucluse : "Nos adversaires ont envie de véhiculer des peurs, parce que c'est tout ce qui leur reste."

En cas de victoire aux élections régionales, Marion Maréchal-Le Pen  promet qu'elle ne fera "aucun sectarisme. La seule politique que je mènerai, ce sera au nom de l'intérêt général et de l'intérêt régional. Le traitement sera équitable, quelles que soient les majorités dans les intercommunalités ou dans les départements".