Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Marlène Schiappa se défend de vouloir "distribuer des CAP petite enfance" aux mères de famille

lundi 24 juillet 2017 à 14:45 - Mis à jour le lundi 24 juillet 2017 à 15:56 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Face aux critiques suscitées par sa proposition d'établir un parcours diplômant pour les jeunes parents sans qualification, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa affirme, ce lundi, n'avoir jamais proposé de "distribuer des CAP petite enfance" aux mères.

Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, à l'Assemblée nationale.
Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, à l'Assemblée nationale. © Maxppp - Leon Tanguy

"Nous n'allons pas distribuer des CAP petite enfance aux mères", a déclaré ce lundi Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Égalité entre les femmes et les hommes, face aux critiques suscitées par sa proposition de validation des acquis pour les jeunes parents. "Je n'ai jamais proposé de distribuer des CAP petite enfance aux mères", a mis au point Marlène Schiappa sur Europe 1. "J'ai dit que nous lancions une réflexion qui visait à trouver des parcours diplômant pour ces mères et ces pères qui sont jeunes, qui sont sortis du parcours scolaire sans un baccalauréat, sans un brevet, qui ont élevé leurs enfants et se retrouvent avec un CV qui est une page blanche".

Une validation des acquis de l'expérience pour les jeunes parents ?

Lors d'une audition à l'Assemblée nationale jeudi, la secrétaire d'Etat avait évoqué, en développant les mesures de sa feuille de route, "la création d'un dispositif de validation des acquis de l'expérience (VAE) des jeunes parents" pour les "mères en situation de précarité". "Nous sommes en train de voir si nous pouvons transformer cette expérience en CAP petite enfance, en diplôme d'Etat, en brevet d'Etat d'éducatrice de jeunes enfants qui nous permette de faire se rencontrer l'offre et la demande sur le marché du travail", avait-elle dit.

Une "dévalorisation du travail" pour le secteur de la petite enfance

Son annonce a suscité de vives réactions, notamment sur les réseaux sociaux, ainsi que les critiques de personnels de la petite enfance y voyant une "dévalorisation" de leur travail. "Être un professionnel de l'enfance, c'est tellement plus que garder un enfant", souligne Aurélie Beaudemoulin, se présentant comme "une mère qui se forme au CAP petite enfance", dans une pétition en ligne qui a déjà recueilli, ce lundi, près de 10.000 signatures. Les féministes accueillent aussi très froidement la proposition de la secrétaire d'État. "Un CAP, une VAE, cela coûte de l'argent", a réagi ce lundi sur RTL Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le féminisme. "Quand on retire de l'argent aux Droits des femmes et à l'Éducation et l'Enseignement supérieur, on ne peut pas théoriser ensuite sur comment aider les femmes par l'obtention d'un diplôme". Pour l'association, "lancer cette idée très floue" est "une forme de contre-feu pour éviter de parler du problème des moyens alloués au budget des droits des femmes et aux politiques d'égalité". Par mesure d'économie, 7,5 millions d'euros de crédits alloués à l'égalité femmes-hommes ont été annulés pour 2017, soit 25% de son budget.

Cela n'enlève rien à personne qu'un certain nombre de personnes puissent être orientées vers des parcours diplômants" - Marlène Schiappa

Sur Europe 1, Marlène Schiappa a déploré "qu'on transforme une mesure qui est en début, pas lancée et qui est assez complexe". Les métiers de la petite enfance "sont des vrais métiers. Cela n'enlève rien à personne qu'un certain nombre de personnes puissent être orientées vers des parcours diplômants qui puissent leur permettre de travailler dans ces métiers. Au contraire, ça les valorise, c'est une véritable qualification professionnelle qui leur mette le pied à l'étrier", a-t-elle poursuivi. Selon Mme Schiappa, "près de 6.000 jeunes mères mineures en France n'ont pas de diplôme, sont sorties du parcours scolaire et se retrouvent à 20 ans ou 25 ans sur le marché du travail sans aucun diplôme, sans aucune expérience, ni qualification professionnelle".