Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Marseille n'aurait plus que quatre députés après le vote de la réforme des institutions

dimanche 13 mai 2018 à 18:11 Par David Aussillou, France Bleu Provence

Le projet de révision constitutionnelle devrait bouleverser la vie politique locale. Le texte prévoit une baisse de 30 % du nombre de parlementaires.

7 députés représentent aujourd'hui la ville de Marseille à l'Assemblée Nationale
7 députés représentent aujourd'hui la ville de Marseille à l'Assemblée Nationale © Maxppp -

Marseille, France

La réforme des institutions a été présentée mercredi au conseil des ministres. Ce projet de révision constitutionnelle vise notamment à réduire le nombre de députés et de sénateurs. Aprés les législatives de 2022, les Français n'éliront plus que 404 députés au lieu de 577 aujourd'hui.  

Un seul député dans chaque département alpin

Un élu représentera donc beaucoup plus d'habitants. Dans le Var, il n'y aura plus que 5 députés au lieu de 8. Dans les Bouches du Rhône, leur nombre passera de 16 à 9. Au Palais Bourbon, seuls 4 élus représenteront la ville de Marseille. Ils sont aujourd'hui 7. Dans les départements ruraux, la réforme sera encore plus radicale. Dans les Hautes Alpes comme les Alpes de Haute Provence, un seul député sera élu au lieu de 2.

Un vote au Congrès ou un référundum

La première lecture du projet de révision constitutionnel est prévue à la rentrée, avant les 60 ans de la Constitution de la Ve République. Cette réforme nécessite l'adoption du même texte par l'Assemblée Nationale et le Sénat. A moins qu'un référendum soit organisé.