Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marseille va doubler la prime des agents qui tiendront dimanche un bureau de vote

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Les agents municipaux mobilisés pour tenir un bureau de vote à Marseille seront payés dimanche prochain 350 euros. Deux fois plus que la semaine dernière. La ville veut éviter de nouveaux couacs lors du second tour des régionales et départementales.

Marseille a du réquisitionner 40 présidents de bureau de vote dimanche dernier
Marseille a du réquisitionner 40 présidents de bureau de vote dimanche dernier © Maxppp - Frédéric Speich

La ville de Marseille a décidé de doubler la rémunération des agents municipaux qui devront tenir un bureau de vote au second tour des élections régionales et départementales. Ils toucheront la somme de 350 euros, au lieu des 160 euros versés jusqu'à présent aux assesseurs et de 250 euros aux présidents.

"On n'attrape pas des mouches avec du vinaigre" - Patrick Rué, secrétaire général de FO à la ville de Marseille

Lors du premier tour de ces deux scrutins, 34 bureaux sur les 481 que compte la ville n'ont pas pu ouvrir, faute de président. La préfecture et la police avaient dû réquisitionner des agents municipaux. "On n'attrape pas des mouches avec du vinaigre, estime Patrick Rué, secrétaire général Force Ouvrière de la ville de Marseille et de la métropole. On a donc négocié une revalorisation de l'indemnité. Et depuis ce mercredi matin, ça répond très largement chez les agents".

Des fonctionnaires pour remplacer les élus et les militants 

La municipalité fait remarquer qu'en temps normal, c'est aux partis politiques de mobiliser leurs troupes. Mais les bénévoles sont de moins en moins nombreux. "Payer les fonctionnaires deux fois plus cher pour travailler le dimanche n'a rien de choquant, dit Claude Kasbarian, ancien secrétaire général de l'Unsa des territoriaux à Marseille. Mais c'est anormal de devoir recruter des fonctionnaires pour tenir des bureaux de vote".

D'autres communes avaient envisagé cette année d'indemniser également les volontaires qui tiennent des bureaux de vote. À Perpignan, 300 euros bruts devaient être versés par tour de scrutin aux présidents et aux secrétaires et 200 euros bruts aux présidents suppléants. La municipalité a fini par y renoncer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess