Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Martine Faure : "Manuel Valls fait toujours exactement ce qu'il a décidé"

jeudi 28 janvier 2016 à 10:03 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

La députée PS de la Gironde Martine Faure estime que c'est "la lumière" du gouvernement qui a démissionné hier en la personne de Christiane Taubira. Elle constate aussi que le Premier Ministre ne supporte quasiment pas les divergences de point de vue.

Martine Faure à l'assemblée nationale
Martine Faure à l'assemblée nationale © Maxppp

Bordeaux, France

France Bleu Gironde: Christiane Taubira a-t-elle bien fait de démissionner selon vous?

Martine Faure: Je crois qu'elle n'avait pas le choix... Elle était dans l'impasse et il fallait qu'elle en sorte. C'est une femme absolument courageuse et intègre, c'était un rayon de soleil et une lumière pour notre gouvernement mais je pense qu'elle ne pouvait pas faire différemment. Sinon, elle était vraiment condamnée à souffrir en écoutant les débats mais sans pouvoir intervenir.

Qui reste à gauche au sein de ce gouvernement?

Il y a tout de même certaines personnes en qui j'ai toujours entièrement confiance ! Par exemple, Ségolène Royal qui montre qu'elle est tout de même une ministre intègre. Marisol Touraine, avec qui je n'ai pas d'affinités personnelles et avec qui j'ai des prises de bec est aussi une femme qui va dans le sens du socialisme... On a aussi Le Drian, bref des personnalités fortes dans ce gouvernement.

Les divergences de point de vue sont-elles autorisées?

C'est vrai que c'est assez difficile... On a quand même des meneurs en la personne de notre président qui a malgré tout ce qu’on a pu dire une très forte personnalité. On a Manuel Valls qui est d'une autorité sans pareille avec aussi des qualités mais vraiment il est très difficile, on peut discuter avec lui dans un face à face, mais après il fait exactement et absolument ce qu'il  a décidé de faire. La preuve encore avec son discours d'hier sur la déchéance de nationalité.

Cette déchéance, vous la critiquez vous aussi?

Si le vote avait lieu ce matin je ne voterai pas la mesure et ce ne sont pas les annonces du Premier Ministre hier qui m'ont fait changé d'avis. Il ne propose rien d'autre qu'un artifice de langage, à savoir sortir le terme binationaux du texte, mais dans les faits,  qui sera déchu ? Ce seront forcément les binationaux ! Moi de toutes façons je fais partie de ceux qui trouvent cette mesure inutile. Elle figure déjà dans notre constitution, et le terrorisme par définition se défie de tout ce qui est institutionnel et je ne vois pas en quoi cette déchéance va dissuader des terroristes, c'est complètement inutile. Pour moi, on n'est pas du tout dans la bonne direction.

Que doit faire en priorité le chef de l'Etat dans la dernière ligne droite de son quinquennat ?

Il doit absolument - mais je ne sais pas si c'est encore possible - agir contre le chômage. Et ce n'est pas avec les mesures contre la grippe aviaire qui sont prises notamment qu'on va faire baisser le nombre de chômeurs dans notre pays.