Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Martine Vassal promet de "l'efficacité" à la tête de la métropole Aix-Marseille

vendredi 7 septembre 2018 à 12:14 Par Thibault Maisonneuve et Isabelle Lassalle, France Bleu Provence et France Bleu

Invitée de France Bleu Provence matin, la présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhone et qui vient de prendre la présidence par interim de la métropole Aix-Marseille promet de ne pas augmenter les impôts et de rendre aux mairies de secteur la gestion de la propreté à Marseille.

Martine Vassal, présidente par interim de la métropole Aix-Marseille
Martine Vassal, présidente par interim de la métropole Aix-Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Invitée de France Bleu Provence matin, Martine Vassal présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et candidate le 20 septembre prochain à la présidence de la métropole Aix-Marseille dont elle a pris l'interim depuis la démission de Jean-Claude Gaudin mardi promet de ne pas augmenter les impôts "au moins jusqu'en 2020".

"Ce n'est pas une mesure facile" (Martine Vassal)

"Ce n'est pas une mesure facile à tenir. Je la prends pour que les Provençaux voient leur pouvoir d'achat amélioré", a expliqué Martine Vassal qui a estimé qu'elle "rendait aussi de l'argent". Et de citer le kit de fournitures scolaires et une carte pour les collégiens des Bouches-du-Rhône ainsi qu'une amélioration sur le prix de la cantine. L'élue LR considère qu'avec "la hausse de la CSG, celle du gaz et de l'électricité, les institutions doivent faire le maximum pour ne pas augmenter les impôts. Je compte aussi le faire à la métropole Aix-Marseille".

La propreté aux mairies de secteur à Marseille 

Martine Vassal souhaite aussi rendre la gestion de la propreté aux mairies de secteur à Marseille. Cette compétence est aujourd'hui celle de la métropole. "C'est une question d'efficacité", insiste Martine Vassal. "La proximité, qu'il s'agisse de propreté ou de trous dans la voirie, doit être au plus près des Provençaux. Et ce sont les maires qui sont au près près de la population" a expliqué la présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Il ne s'agit pas de se "débarrasser" de ce sujet polémique à Marseille, explique l'élue, mais "d'obtenir des résultats".

Fusion des départements et des métropoles

Martine Vassal qui n'est pas candidate à la mairie de Marseille a réagi au calendrier encore flou de la fusion des départements et des métropoles, comme le souhaite le gouvernement. Alors que Christophe Castaner, le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement expliquait jeudi matin sur France Bleu Provence que cette fusion pourrait intervenir avant 2020 à la condition d'une traduction législative en 2019, Martine Vassal a réagi : "C'est au gouvernement de prendre la décision de la fusion puisqu'il a le doigt sur le bouton". "Ce que nous voulons c'est que les habitants y gagnent en efficacité", a expliqué Martine Vassal, favorable à un territoire départemental "un et indivisible", incluant les communes du pays d'Aix, de l'étang de Berre et du pays d'Arles.

900 mineurs étrangers isolés dans les Bouches-du-Rhône en 2018

Alors que la question de l'immigration est au coeur d'un sommet à Marseille entre Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ce vendredi, Martine Vassal a indiqué que 900 mineurs étrangers isolés sont accueillis cette année dans les Bouches-du-Rhône. "Quand je suis arrivée en 2015, nous en avions 60. Nous sommes passés en 2017 à 600 et cette année à 900", alors que les conseils départementaux ont l'obligation de gérer l'accueil des mineurs isolés étrangers et qu'ils n'y parviennent pas. "Le gouvernement doit prendre à bras le corps la problématique de l'immigration et nous devons travailler avec les pays d'Afrique pour réguler l'immigration et permettre à ceux qui y vivent d'y rester en toute sécurité et en toute liberté. C'est au président de la République de s'en occuper", a conclu l'élue.