Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Max Brisson : "le maire de Biarritz ne maîtrise plus son équipe"

vendredi 27 octobre 2017 à 11:47 Par Thomas Biet, France Bleu Pays Basque

Le nouveau sénateur Les Républicains a présenté les grandes lignes d'un mandat "constructif". Mais il veut aussi continuer à s'impliquer dans la vie politique biarrote. Il est très critique à l'encontre de la majorité municipale et de son fonctionnement.

Max Brisson est très critique contre le fonctionnement de l'exécutif municipal à Biarritz
Max Brisson est très critique contre le fonctionnement de l'exécutif municipal à Biarritz © Radio France - Thomas Biet

Biarritz, France

Max Brisson présentait ce vendredi les grandes lignes de son mandat de sénateur. Elu en septembre, il compte notamment s'investir au sein de la commission "Culture, communication, éducation". Au programme notamment : l'apprentissage immersif de la langue basque dans les écoles maternelles publiques. S'il conserve son mandat de conseiller départemental, il a en revanche démissionné lundi 23 octobre de celui de conseiller municipal.

La démocratie, ce n'est pas la pétaudière

Et pourtant, dans son propos liminaire, Max Brisson est surtout revenu sur la politique locale biarrote. Et il a des mots durs à l'encontre de Michel Veunac et de sa majorité plurielle. Au centre de son mécontentement ces adjoints " qui pensent déjà à la prochaine élection". La critique est dure : "il y a un affranchissement du contrat municipal et un pilote qui ne maîtrise plus cette équipe. On n'est pas élu pour penser à l'élection suivante. Je suis sidéré par l'attitude d'un certain nombre d'adjoints qui exposent leurs divergences sur la place publique tous les jours ou presque. Vous vous rendez compte de ce qui s'est passé depuis un an ? Divergence sur l'Hôtel du Palais, sur Marbella, sur la qualité des eaux de baignades, sur le Tram'Bus ! Tout ça exposé quotidiennement. La démocratie, ce n'est pas la pétaudière !"

"Constructif et sénateur, c'est un pléonasme"

Interrogé sur son rôle dans l'opposition sénatoriale, alors que la droite se déchire sur la stratégie à conduire face à Emmanuel Macron, Max Brisson estime que la question des "constructifs" ne se pose pas au Sénat. "C'est une tradition du Sénat d'être dans l'accompagnement. Sénateur et constructif c'est un pléonasme. C'est la ligne politique de Gérard Larcher et elle me convient. Je voterai les lois que je trouve bonnes pour le pays. Je ne souhaite pas l'échec du gouvernement". Et Max Brisson d'indiquer les réformes qui lui semblent bonnes comme la réforme du code du travail. Il se montre bien plus critique en revanche sur la politique du gouvernement en matière de logement.