Politique

Mazet-Saint-Voy : une subvention régionale remise en cause, la mairie dénonce un réglement de compte politicien

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire mercredi 17 août 2016 à 19:05

Le siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon
Le siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon © Radio France - Mathilde Montagnon

C'est un coup dur pour la petite commune du Mazet-Saint-Voy en Haute-Loire. Alors que la Région Auvergne s'était engagée en novembre 2015 à financer à hauteur de 200.000 euros la construction de sa salle de spectacle, la Région Auvergne-Rhône-Alpes remet en cause ce contrat.

La commune a reçu le courrier officiel il y a quelques semaines. La région Auvergne-Rhône-Alpes estime que le projet de salle de spectacle au Mazet-Saint-Voy (Haute-Loire) n'est pas satisfaisant. Notamment parce qu'il existe déjà une salle du même type à Saint-Agrève à vingt kilomètres de là. Le conseil régional annule donc tout simplement la promesse de subvention de 200.000 euros faite par l'ancienne Région Auvergne en novembre dernier. Et avec elle, c'est tout le projet (un million d'euros au total) qui est remis en cause.

Gilbert Ruel est adjoint au maire en charge de l'urbanisme au Mazet-Saint-Voy. C'est lui qui suit ce dossier lancé en 2013. Et il ne croit pas du tout à la version officielle : "La motivation réelle de Laurent Wauquiez elle est politique. Il a fallu qu'il trouve quelque chose, une explication pour pouvoir l'écrire. Mais la motivation, elle est uniquement politique. Pour nous la motivation c'est un peu une punition. Parce que le maire de la commune a été candidat avec M. Queyranne aux régionales contre Laurent Wauquiez. Donc c'est un retour de bâton. C'est de la mauvaise politique politicienne".

G.Ruel, adjoint au maire au Mazet-Saint-Voy

La commune du Mazet cherche d'autres subventions, auprès de l'assemblée départementale de Haute-Loire, auprès de l'État. Mais en l'état actuel des choses, la salle ne pourra pas se faire.

La mairie a décidé de se battre : elle va saisir le tribunal administratif, notamment parce qu'elle avait eu un engagement écrit de la Région Auvergne en novembre dernier avec une promesse de 200.000 euros. Et parce qu'entre les bureaux d'études, les architectes et le maître d’œuvre elle a déjà investi près de 60/000 euros dans le projet. Les travaux de la salle auraient dû commencer au printemps dernier.

Reportage de Mathilde Montagnon