Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Même si Marine Le Pen est mise en examen "elle restera candidate à la présidentielle" confirme David Rachline

-
Par , France Bleu Provence
Fréjus, France

David Rachline, sénateur-maire Front National de Fréjus, était l'invité de France Bleu Provence ce mercredi.

David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus.
David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus. © Maxppp - Thomas Padilla

Marine Le Pen continue sa campagne pour l'élection présidentielle. Le Front national a dévoilé son programme, 144 propositions, et un clip de campagne a été réalisé. Pour en parler, David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus, était l'invité de France Bleu Provence ce mercredi.

INTERVIEW

France Bleu Provence : François Fillon a-t-il raison de ne pas renoncer à être candidat à la présidentielle ?

David Rachline : Je n’en suis pas certain, et c’est assez étonnant de le voir prendre en otage sa famille politique.

FBP : L’exemplarité en politique est-elle indispensable ?

DR : Sans doute, ce qui est certain c’est qu’un certain nombre de questions continuent à se poser, questions auxquelles François Fillon n’apporte aucune réponse. Il y a cette affaire qui concerne son épouse, son foyer, mais il y a aussi cette fameuse société de conseil de François Fillon (2F Conseil), dont manifestement l’entreprise Axa a été l’un des clients. Et on sait que le patron d’Axa est un ami personnel de François Fillon, et qu’il est pressenti pour occuper un ministère important (relançant les soupçons de conflits d’intérêt, ndlr). Les renvois d’ascenseurs dans ce domaine-là sont toujours dangereux, et même inquiétants.

FBP : Marine Le Pen est également au cœur d’une affaire. Le Parlement Européen réclame le remboursement de plus de 300 000 euros versés à la chef de cabinet de Marine Le Pen et à son garde du corps en tant qu'assistants parlementaires européens. Marine Le Pen refuse de rembourser. Le garde du corps de Marine Le Pen a vraiment été son assistant parlementaire ? Ce n’est pas sa qualification première…

DR : C’est très méprisant à l’égard des garde du corps, il a aussi un cerveau, je le connais bien, il est parfaitement capable de gérer des agendas, de gérer des rendez-vous, c’est ce qu’il a fait pendant quelques mois d’ailleurs. Nous contestons formellement les accusations du Parlement Européen.

FBP : Le rôle premier d’un garde du corps, ce n’est pas d’être assistant parlementaire, vous êtes d’accord ?

DR : Je vous le dis, il a parfaitement pu avoir des activités de ce type-là. Nous sommes jugés dans cette affaire par le Parlement Européen et donc par nos adversaires politiques, en l’occurrence Martin Schulz, qui est un socialiste allemand. Et il n’y a aucune décision de justice dans cette affaire.

FBP : Le parquet de Paris a confié l’enquête à des juges d'instruction du pôle financier. Si Marine Le Pen est mise en examen, elle sera quand même candidate à l’élection présidentielle ?

DR : Oui absolument. Mais de toute façon il n’en est pas question. Mais elle restera candidate parce qu’encore une fois, nous contestons formellement les faits. Il ne s’agit en aucun cas d’accusations liées à un enrichissement personnel dont Marine Le Pen aurait pu bénéficier. Il ne s’agit pas de cela, elle ne s’appelle pas Pénélope Fillon.

FBP : Nicolas Sarkozy est renvoyé devant la justice dans l'affaire Bygmalion pour avoir sciemment dépassé ses comptes de campagne en 2012. Il a fait appel. Cette décision de justice vous parait-elle justifiée ?

DR : Je ne commente pas le travail de la justice. Elle doit faire son œuvre. Elle nous dira, quand les procédures seront terminées, si Nicolas Sarkozy est coupable. Dans l’attente il est présumé innocent.

FBP : Marine Le Pen a dévoilé son programme pour la Présidentielle : 144 propositions. Le rétablissement de la peine de mort a disparu du projet, pourquoi ?

DR : Marine a pensé que ce n’était pas prioritaire. Elle croit au rétablissement de l’échelle des peines, elle pense qu’il est nécessaire d’en finir avec le laxisme de la justice, qu’il est nécessaire de rétablir la "perpétuité réelle". Pour que ceux qui sont condamnés fassent vraiment les peines de prison, ce qui n’est pas toujours le cas. Je le vois sur mon territoire, dans le département du Var, ces délinquants, ces racailles qui sont attrapées une fois, deux fois, dix fois par la police, et qui ne sont jamais condamnées. C’est là-dessus qu’il faut agir. Mais nous rétablirons les référendums d’initiative populaire. Et si les Français veulent procéder à un certain nombre de réforme, ils pourront le faire.

FBP : Une question de « Gégé », un auditeur de France Bleu Provence sur Facebook : "En cas de victoire, que fera le FN concernant le cumul des mandats ?"

DR : En ce qui concerne le cumul des mandats, nous ne comptons pas revenir dessus (à partir de juillet 2017, il sera interdit à un parlementaire d’exercer simultanément une fonction de chef ou d’adjoint d’un exécutif local, ndlr), sauf pour les sénateurs. Nous croyons qu’ils sont les représentants des collectivités territoriales, et qu’il est bon qu’ils puissent aussi avoir leurs expériences d’élus locaux, et en particulier de maires.

FBP : Cela tombe bien pour vous, vous êtes sénateur-maire !

DR : Ce n’est pas pour moi que ce projet a été réalisé, pas pour moi personnellement. J’en profite pour élargir un peu le débat. Nous allons réformer en profondeur les institutions, nous allons abaisser le nombre de députés à 300 (au lieu de 577), abaisser le nombre de sénateurs à 200 (au lieu de 348) pour limiter les coûts, supprimer un certain nombre de strates, comme par exemple les intercommunalités et les régions. Et nous appuyer sur les municipalités, les départements, et la nation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu