Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Métro, arbres, Jallère, municipales : ce qu'il faut retenir de la rentrée de Nicolas Florian à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Nicolas Florian n'est pas en campagne pour les municipales à Bordeaux. Ce qui ne l'a pas empêché d'évoquer le candidat LaREM Thomas Cazenave pour sa rentrée, lui "le maire du quotidien". Mais aussi, le métro ou le projet d'urbanisation abandonné à la Jallère. Inventaire à la Prévert.

Nicolas Florian le maire de Bordeaux lors de sa conférence de presse de rentrée
Nicolas Florian le maire de Bordeaux lors de sa conférence de presse de rentrée © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

C'est dans l'ex-maison citoyenne sur les quais de la Garonne, devenue maison de la parole citoyenne et rebaptisée "l'Echoppe, débats et citoyenneté", que Nicolas Florian a tenu sa conférence de presse de rentrée ce mardi. Le maire de Bordeaux depuis le 7 mars 2019, a balayé de nombreux sujets, avec deux maîtres-mots pour guider son action dans les mois qui viennent : "équilibre", "co-construction", "partage" et "lien de confiance avec les concitoyens", avec en ligne de mire les élections municipales de 2020, "dont on reparlera en janvier, car ce n'est pas encore pour moi le temps de la campagne. Je suis dans l'action".

L'idée d'un métro relancée ? Pas de religion sur le sujet. "Ouvrons le débat"

"Merci à Patrick Bobet le président de la Métropole d'avoir reposé le dossier sur la table", a dit Nicolas Florian. "On a fait le choix d'un réseau de surface en 1995 à Bordeaux, mais aujourd'hui le tramway arrive à saturation. Il faut trouver un réseau complémentaire. Lequel ? Faut-il un métro désormais ? Je suis favorable au débat. Quel coût ? Est-ce que le métro nous empêcherait de faire d'autres réalisations ? Je n'ai pas de préjugés mais je fixerai des bornes sur le sujet".

Sur les déplacements souvent compliqués dans Bordeaux, Nicolas Florian a également annoncé la mise en place d'une "police de la circulation, à l'ancienne, avec des hommes chargés de réguler le trafic aux points bloquants, comme ça peut se faire dans d'autres villes".

Et puisque le pont Simone Veil aura du retard, il faudra "imaginer d'autres moyens de franchir la Garonne d'une rive à l'autre, à la manière des BatCub".

Le projet de la Jallère :  les 2000 logements prévus ne verront pas le jour

Sur ce site de plusieurs dizaines d'hectares, entre le stade Matmut Atlantique et Bordeaux-Lac, Nicolas Florian a précisé ce mardi, que "la partie de la Jallère dédiée à l'activité économique serait sanctuarisée; que le secteur de la ferme urbaine serait une priorité, un marqueur fort pour faire de la pédagogie et travailler sur les circuits-courts et amener l'agriculture en ville; et que la partie qui était réservée à la construction de 2000 logements est abandonnée. Je propose l'arrêt du projet et j'ouvre la concertation sur ce que les habitants voudront en faire. Forêt urbaine ? Lieu de vie ? Jardins partagés ? Le débat est ouvert". Renoncer à l'urbanisation de la Jallère, c'est ce que réclamaient les écologistes de la Métropole.

25 000 arbres plantés d'ici 2025, "à enraciner en particulier place Pey Berland"

Verdir la ville, c'est aussi une demande d'EELV et un thème de campagne municipale qui se dessine à Bordeaux (avec des propositions également déclinées par Thomas Cazenave pour LaREM ou de l'élu PS à la mairie de Bordeaux Mathieu Rouveyre) : les arbres et la place de l'arbre et des espaces verts dans Bordeaux. Nicolas Florian est revenu sur son plan Canopée (25 000 arbres plantés d'ici 2025) pour lequel il a été "un peu raillé". Mais "il s'agit de multiplier les îlots de fraîcheur comme ce que l'on a fait à Pey Berland. Identifier des îlots de chaleur et les changer en lieu de fraîcheur partout en ville. D'ailleurs, dès l'an prochain, on enracinera des arbres à Pey Berland, mais également dans d'autres lieux à identifier".

Les municipales qui approchent ?

"Je ne suis pas encore dans le temps de la campagne" a coupé Nicolas Florian, à la question qui lui était posée sur la candidature de Thomas Cazenave pour LaREM alors qu'il a dans son équipe municipale et comme premier adjoint le Modem Fabien Robert. Puis le maire de Bordeaux a développé. "Suis-je furieux par rapport à cette candidature ? Ce n'est pas trop ma personnalité. Irrité ? Agacé ? Vous savez, moi, je ne suis pas dans le temps électoral et vous avez remarqué ce matin que je suis concentré sur mon mandat et le travail municipal, même si je n'y pense pas de temps en temps. Je ne vais pas commenter les positions des uns et des autres. Des gens annoncent qu'ils sont candidats. Dont acte. Moi je ne prend personne en otage. Une élection municipale doit se détacher des contingences nationales. Ce n'est pas un sujet pour moi. Je suis un maire du quotidien. Je prend le tram tous les matins. Je vis en ville et je la connais".

... et pêle-mêle : les logements et AirBnB, et Raoni

Parmi les autres déclarations du maire, pêle-mêle, il fixe un objectif de 300 000 habitants pour Bordeaux (c'est 252 000 aujourd'hui), car la ville est structurée pour cette dimension. Il voudrait réussir à fixer un prix de "logement abordable" de 3000 euros le m2 pour un logement neuf (au lieu de 5000 aujourd'hui pour les constructions qui sortent de terre). Il a également évoqué les actions mises en place pour freiner la progression d'AirBnB et autres plateformes de locations saisonnières. "950 logements sont ainsi revenus sur le marché sur les 5000 inscrites sur les plateformes de locations à Bordeaux".

"Une ville attractive mais une ville qui n'exclut pas" a été l'un des leitmotiv de Nicolas Florian durant un peu plus d'une heure de discours. Presque un programme municipal devant une majorité d'élus de son équipe actuelle. Le maire de Bordeaux a conclu sur une phrase du chef Raoni, le représentant de la protection de la forêt amazonienne au Brésil venu dans le cadre du festival Climax, "un message d'espoir", "ne pas baisser les bras" et "avoir une action collective".

Choix de la station

France Bleu