Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Métropole de Grenoble : quatre candidats pour un fauteuil

-
Par , France Bleu Isère

Le conseil de métropole se réunit ce vendredi à Grenoble, en Isère, pour élire le président de cette grande intercommunalité de près de 450.000 habitants. Quatre candidats sont en lice, dont deux à gauche.

Vue aérienne de Grenoble. © Maxppp
Vue aérienne de Grenoble. © Maxppp

C'est un fait, comme en 2014, la Métropole grenobloise penche à gauche. "Une majorité de gauche, écologiste et citoyenne que je souhaite reconduire" nous disait la semaine dernière le président sortant, Christophe Ferrari (ex-PS). 

Christophe Ferrari, président sortant est candidat à sa réélection à la Métropole. Sauf si...
Christophe Ferrari, président sortant est candidat à sa réélection à la Métropole. Sauf si... © Radio France - Benjamin Bourgine

Seulement ses alliés rassemblés autour des écologistes grenoblois présente cette année un deuxième candidat à gauche en la personne de Yann Mongaburu, jusqu'ici vice-président de la Métropole de Grenoble en charge des transports, et à ce titre président du nouveau SMMAG, le Syndicat Mixte des Mobilités de l'Aire Grenobloise (qui s'étend du Voironnais au Grésivaudan). 

Deux candidats issus de la majorité

"Nous avons passé un mandat dont nous pouvons être fiers collectivement avec Christophe Ferrari, estimait l'élu grenoblois juste après le second tour des élections municipales. Un mandat pour construire la Métropole ; aujourd'hui le mandat qui est devant nous est un mandat de transformation." 

Yann Mongaburu au micro de France Bleu Isère
Yann Mongaburu au micro de France Bleu Isère © Radio France - Benjamin Bourgine

Christophe Ferrari a bien proposé de retirer sa candidature si Yann Mongaburu faisait de même, et ce dans le but de faire émerger un troisième nom à gauche, plus consensuel, sous réserve qu'il ne s’agisse pas d’un élu de la ville centre… Proposition rejetée par Éric Piolle, le maire écologiste de Grenoble, qui soutient Yann Mongaburu. Ce dernier est issu du groupe majoritaire (majorité relative) dans la nouvelle assemblée qui compte au total 119 conseillers communautaires représentants les 49 communes de la Métro. 

Deux outsiders

Deux autres candidats se présenteront à la présidence de la collectivité ce vendredi. D'abord l'élu grenoblois Olivier Six, qui représentera La République en Marche, le parti présidentiel. 

Olivier Six rejoint Emilie Chalas, réconciliation chez LREM à Grenoble
Olivier Six rejoint Emilie Chalas, réconciliation chez LREM à Grenoble © Radio France - Nicolas Crozel

"Je pense que la Métropole doit être un endroit de consensus, estime le chef d'entreprise, il faut une gouvernance ouverte." Olivier Six espère récolter de 25 à 30 voix. Enfin le quatrième candidat a été désigné ce mercredi soir : Dominique Escaron, maire du Sappey-en-Chartreuse, a été désigné par les élus de la droite et du centre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess