Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Métropole de Grenoble : les recours contre l'élection de Christophe Ferrari rejetés par le Conseil d'État

-
Par , France Bleu Isère

Les 21 et 25 juillet derniers, des recours ont été déposés après la réélection houleuse de Chrisophe Ferrari président de Grenoble-Alpes-Métropole. Des recours rejetés par le tribunal administratif, puis, ce mardi 29 décembre, par le Conseil d'État.

Christophe Ferrari n'envisage plus la démission
Christophe Ferrari n'envisage plus la démission © Radio France - Benjamin Bourgine

Le feuilleton durait depuis cet été, quand, au cœur de la torpeur du mois de juillet, le président sortant de Grenoble-Alpes-Métropole, Christophe Ferrari, avait été réélu contre le candidat grenoblois soutenu par Éric Piolle, Yann Mongaburu

Des recours déposés cet été

Les élus grenoblois Vincent Comparat et Pierre Mériaux avaient saisi le tribunal administratif pour demander l'annulation de cette élection. Le tribunal administratif de Grenoble avaient rejeté cette demande. Ils ont fait appel devant le Conseil d'État, qui vient lui aussi de rendre sa décision ce mardi 29 décembre, et il rejette leur demande. 

"Nous continuerons à œuvrer pour l’intérêt général des habitantes et habitants du territoire" - Christophe Ferrari

Pour le président de la Métropole grenobloise, Christophe Ferrari, c'est sans doute une forme de soulagement, même si depuis, la Métropole a retrouvé un fonctionnement un peu plus apaisé. "Les nombreux recours et attaques que j’ai subis ces derniers mois n’ont en rien entamé ma détermination et mon envie de faire avancer notre Métropole. Confiant dans notre administration, dans les Maires, dans les élus métropolitains et dans mon Exécutif, tous ensemble, nous continuerons à œuvrer pour l’intérêt général des habitantes et habitants du territoire. Cette décision clôture une très longue séquence juridique" commente Christophe Ferrari.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess