Politique

Metz : Marie-Jo Zimmermann chef de file UMP pour les municipales

Par Cyril Destracque, France Bleu Lorraine Nord mardi 15 octobre 2013 à 21:41

La député de Metz a été désignée chef de file de l'UMP par la commission d'investiture du parti ce mardi soir à Paris. Mais Marie-Jo Zimmermann va devoir rassembler candidats UDI, MODEM et les différentes sensibilités de son parti, si elle veut espérer récupérer le fauteuil de Dominique Gros.

Voilà 6 mois au moins qu'ils discutaient à l'abri des regards et des oreilles discrètes. 6 mois qu'ils cherchaient des solutions pour partir unis et se donner le maximum de chances de succès pour les municipales de mars prochain. Députés et élus du conseil municipal UMP n'ont pas tout réglé mais ils ont répondu à une question importante. Mardi soir, à Paris, Marie-Jo Zimmermann a été désigné par la commission d'investiture de l'UMP pour être la chef de file du parti aux municipales à Metz. La députée UMP a été investie en "5 minutes chrono" aux dires d'un participant, car elle arrivait en tête dans un sondage commandé en interne par l'UMP

en première position devant le député et conseiller général denis Jacquat et devant le secrétaire départemental du parti Patrick Thil.  Sauf énorme surprise, la députée sera donc la tête de liste de la droite pour briguer la mairie de la capitale mosellane les 23 et 30 mars prochain.

Union obligatoire pour espérer

L'investiture de Marie-Jo zimmermann fait plutôt consensus au sein de l'UMP. Visiblement, personne n'a envie de revivre la triangulaire fatale en mars 2008 qui avait entrainé l'élection d'un socialiste à Metz. Du jamais vu depuis 37 ans, à l'époque !  "Si on ne dépasse pas les rancoeurs, nous aurons la même issue qu'en 2008. Il y 7 ans la victoire de Dominique Gros n'a été due qu'au défaut de la droite et du centre" explique Patrick Thill, le secrétaire départemental de l'UMP qui se dit confiant dans la capacité à s'unir derrière la nouvelle chef de file.  Et les discussions ne seront sans doute pas simples pour fédérer les anciens du clan Rausch comme Patrick Thil ou Jérémy Aldrin, le divers-droite Emmanuel Lebeau, l'UDI Nathalie Colin-Osterlé, les fidèles au député UMP Denis Jacquat et la député européenne Nathalie Griesbeck. Certains "cumulards" devront faire des choix car en 2017, la loi interdira aux parlementaires d'exercer simultanément une fonction d'adjoint ou de chef d'exécutif local. Pas sûr que celà se règle aussi vite que l'investiture...

 

UMP Metz / SON