Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Meurtre à La Flèche : un candidat aux municipales surfe sur une fausse nouvelle

-
Par , France Bleu Maine

Christophe Beaupère, candidat de la droite aux élections municipales à La Flèche (Sarthe) dénonce un meurtre, symptomatique de "l'insécurité" dans la Ville. Il fustige le "déni et l'angélisme" de son adversaire socialiste. Avant de se rétracter, puisque ce meurtre n'a pas eu lieu.

Moins d'une heure après avoir alerté les médias sarthois sur l'insécurité à La Flèche en évoquant un meurtre, le candidat de la droite Christophe Beaupère a fait parvenir un rectificatif.
Moins d'une heure après avoir alerté les médias sarthois sur l'insécurité à La Flèche en évoquant un meurtre, le candidat de la droite Christophe Beaupère a fait parvenir un rectificatif. © Maxppp - Frantz Bouton

La Flèche, France

Le candidat de la droite aux élections municipales à La Flèche (Sarthe) a voulu taper fort. Au surlendemain de l'annonce de la candidature de la socialiste Nadine Grelet-Certenais, Christophe Beaupère envoie un "communiqué aux rédactions" pour dénoncer avec virulence "un meurtre et un vol avec agression en deux jours dans le centre-ville". Sauf que le meurtre en question n'a jamais eu lieu. Selon la gendarmerie, contactée par France Bleu Maine, un homme a été retrouvé inanimé dans la rue par des passants dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 septembre. Un habitant, connu des Fléchois, notamment parce qu'il ramasse régulièrement des mégots de cigarettes. L'homme est décédé à l'hôpital "de cause naturelle" indique la gendarmerie.

Un nouveau communiqué "pour rectifier"

Moins d'une heure après ce premier communiqué, Christophe Beaupère envoie un rectificatif. L'intitulé du mail comporte toujours la mention du meurtre mais, dans le contenu, il n'en n'est plus question. Seul un "vol avec agression", qui renvoie à une autre affaire, est évoqué. Contacté par France Bleu Maine, le candidat de la liste "Ensemble pour la Flèche" explique avoir relayé cette information sur la seule base de "témoignages de plusieurs commerçants". Christophe Beaupère rapporte que ces "quatre commerçants" lui ont notamment raconté avoir vu "un corps recouvert d'un drap blanc". 

Dans le premier communiqué adressé à la presse, le candidat de la droite aux municipales de La Flèche avait décrit "un homme ayant été tabassé à mort par une bande, à l'angle de la rue Grollier et de la Grande Rue". Son commentaire était cinglant. Dénonçant "une nouvelle dramatique et préoccupante", il s'étonnait, sans la nommer, que son adversaire socialiste n'ait pas fait "une seule référence à la sécurité lors de sa conférence de presse" d'annonce de sa candidature.

Déjà la fausse nouvelle de la fermeture de classes au Prytanée

Visiblement gêné, Christophe Beaupère, ne reconnaît pas une erreur personnelle. Il indique sans plus de détail que "manifestement il y a eu une erreur du service de presse".   Le candidat de la droite aux municipales à La Flèche indique avoir "contacté le commandant de gendarmerie". Lequel, poursuit-il "n'a pas confirmé l'homicide". Quant à la question de savoir quand il a joint les gendarmes, avant ou après l'envoi du premier communiqué de presse, la réponse du candidat est "simultanément" ou "pendant que le mail est parti". En tout cas, plaide-t-il, "ce n'était pas ma volonté". C'est "une erreur matérielle", insiste-il. En avril 2018,  Christophe Beaupaire avait relayé une pétition contre "la fermeture des classes prépa du Prytanée" de La Flèche. L'institution militaire avait alors démenti. L'officier de communication du Prytanée avait évoqué "une fausse nouvelle". 

Choix de la station

France Bleu