Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Michel Raison, sénateur LR : "Le gouvernement ne respecte pas le Parlement"

jeudi 8 mars 2018 à 10:56 Par Marion Streicher, France Bleu Besançon

Michel Raison, sénateur Les Républicains de Haute-Saône, juge inadmissible la méthode du gouvernement qui consiste à décider par décret de la mise en place de la limitation à 80 km/h au 1er Juillet. Les parlementaires qui travaillent sur le sujet n'ont même pas encore rendu leur rapport.

"la haute administration a repris le pouvoir sur le politique"
"la haute administration a repris le pouvoir sur le politique" © Maxppp - //

Haute-Saône, France

Michel Raison ne décolère pas. Malgré les divisions et la fronde qui grondent autour du passage à 80km/h, le gouvernement a annoncé que cette limitation serait appliquée au 1er juillet sur l'ensemble des routes secondaires. "Inadmissible" dit ce jeudi le sénateur de Haute-Saône Michel Raison. Il fait partie du groupe de travail sur la sécurité routière au Sénat, en plein travail justement sur cette question des 80 km/h. Le groupe devrait rendre ses conclusions en avril. 

Pour l'élu, le gouvernement passe en force sur tout, "le Parlement n'est pas respecté". Michel Raison accepte d'être en désaccord, mais il estime que le gouvernement aurait au moins pu attendre le rendu du rapport.

On nous ment tous les deux jours sur ce sujet des 80 km/h"

Pour calmer les esprits, le gouvernement annonce qu'une évaluation sera faite au bout de deux ans, mais Michel Raison ne croit absolument pas le gouvernement capable de revenir en arrière. "Au contraire, ironise le sénateur, on pourrait passer à 70 km/h une fois qu'on a mis le doigt dans l'engrenage..." Michel Raison très remonté estime qu'on nous ment tous les deux jours sur ce sujet. Il ne décolère pas.

"La haute administration a repris le pouvoir sur le politique"

Michel Raison est inquiet plus globalement de la méthode utilisée par ce gouvernement, d'autant qu'on est en pleine révision de la Constitution : il est envisagé de diminuer le nombre de parlementaires, cela va forcément arranger les affaires du gouvernement dit Michel Raison. 

"La haute administration du pays a repris le pouvoir sur les politiques" estime le sénateur haut saônois. Pour Michel Raison, nous sommes de plus en plus souvent confrontés à des systèmes très peu démocratiques.

Ecouter l'intégralité de l'ITW de Michel Raison

"Nous sommes de plus en plus souvent confrontés à des systèmes très peu démocratiques"