Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Michèle Rubirola a démissionné de son fauteuil de maire de Marseille pour raisons de santé

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Provence, France Bleu

Six mois après son élection, la maire de Marseille, Michèle Rubirola, a annoncé ce mardi qu'elle démissionne. C'est son premier adjoint le socialiste Benoit Payan qui pourrait devenir le nouveau maire de Marseille.

Michèle Rubirola après la passation de pouvoir, entourée de Benoit Payan et de la sénatrice Samia Ghali.
Michèle Rubirola après la passation de pouvoir, entourée de Benoit Payan et de la sénatrice Samia Ghali. © Radio France - Laurent Grolée

La rumeur courait. Six mois après son élection à la mairie de Marseille sous les couleurs du "Printemps Marseillais", Michèle Rubirola, âgée de 63 ans, jette l'éponge. La maire écologiste de Marseille quitte son fauteuil de maire. Michèle Rubirola a convoqué une réunion de sa majorité à 14h30 ce mardi.

Début juillet, elle était devenue, au terme d'une campagne à rebondissements, la première femme maire de Marseille faisant basculer à gauche la ville, tenue depuis 25 ans par le LR Jean-Claude Gaudin. Au second tour, elle avait devancé de huit points sa rivale, Martine Vassal, "dauphine" du maire sortant.

Une démission pour raisons de santé

"J'ai pris la décision de quitter mes fonctions de maire de Marseille ", a déclaré ce mardi la Michèle Rubirola lors d'une conférence de presse.

Elle passe le relai à son premier adjoint : "Je souhaite que notre binôme continue, mais s'inverse et que Benoit [Payan] devienne maire. J'ai connu dès l'été les premières difficultés liées à ma santé. (...) Ces épreuves (de santé) limitent l'énergie que je peux mobiliser. Être maire à Marseille, c'est 300% de son temps, j'en donne 150%. 300% ce n'est pas toujours évident", a-t-elle souligné.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Vers une inversion des rôles

Son premier adjoint, le socialiste Benoit Payan, pourrait devenir le nouveau maire de Marseille. Michèle Rubirola deviendrait alors sa première adjointe. Le vote pourrait avoir lieu lundi prochain, le 21 décembre, lors du dernier Conseil municipal de l'année. Stéphane Ravier, le sénateur Rassemblement national des Bouches-du-Rhône, demande un nouveau vote à Marseille. "Ils se sont moqués de nous", réagit l'élu.

Des raisons de santé pourraient justifier ce choix, mais pas seulement

Au mois de septembre, la maire de Marseille s'est mise en retrait pendant plusieurs semaines pour des raisons de santé. Elle avait alors confié les rênes à son premier adjoint. Dans un article publié à la mi-octobre et intitulé "'Tu es au courant que je ne reste que trois mois ?' : à Marseille, les débuts déroutants de Michèle Rubirola", Le Monde revenait déjà sur les difficultés de l'élue depuis son élection. Le quotidien racontait notamment que trois mois et demi après son arrivée, Michèle Rubirola n'avait pas de bureau. 

Novice en politique, Michèle Rubirola était très peu connue avant la campagne pour les élections municipales. Elle était médecin dans les quartiers Nord.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess