Politique

Ministères portés disparus : qu'en pensent les principaux concernés ?

Par Mélanie Barbotin, France Bleu Poitou vendredi 19 mai 2017 à 8:00

Les 22 membres du gouvernement sont beaucoup moins nombreux que dans les précédents gouvernements.
Les 22 membres du gouvernement sont beaucoup moins nombreux que dans les précédents gouvernements. © Maxppp - Denis Allard / Maxppp

Sur la photo de famille, dévoilée jeudi 18 mai, ils ne sont que 22 ministres et secrétaires d'Etat. C'est presque deux fois moins que pour le précédent gouvernement. Une réduction drastique qui s'est faite au détriment de certains ministères. Qu'en pensent les principaux intéressés dans le Poitou ?

Le nouveau président, entouré de son gouvernement. La photo de famille des 22 ministres et secrétaires d'Etat a été prise jeudi 18 mai, à l'intérieur de l'Elysée, alors qu'avait lieu le premier conseil des ministres. Des hommes et des femmes moins nombreux que lors des gouvernements précédents. Certains ministères ont tout simplement disparus après 40 années d'existence.

Pas de ministère des Droits des femmes

C'était pourtant une promesse d'Emmanuel Macron, un ministère entièrement dédié aux femmes. Le 28 avril dernier, le candidat tweetait : "Je ferai de l'égalité femmes-hommes la cause nationale". Finalement pas de ministre, mais un secrétaire d'Etat, alors forcément pour les associations c'est la déception. "Les femmes c'est la moitié de l'humanité alors elles méritent bien un grand ministère. Il n'y a que comme ça qu'on peut faire avancer les choses sur la parité", explique déçue Mad Joubert, présidente de Pluri'Elles, dans la Vienne.

Seule consolation, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa, une féministe convaincue, l'auteur d'un blog "Maman travaille" connaît bien les questions d'égalités. " Je pense que c'est un message positif que ce soit cette jeune femme qui porte ce porte-feuille", confie Florence Briol, présidente du CIDFF, le Centre d'information des droits des femmes et des familles.

Le logement n'a pas de ministère pour la première fois de la Ve République

C'est l'un des plus gros bouleversements dans le nouveau gouvernement. Pour la première fois depuis 1959, aucun ministre ne sera chargé spécifiquement des questions de logements. C'est au ministre Gérald Darmanin, chargé du ministère de la Cohésion territoriale de statuer sur le logement. Pour les professionnels comme dans le BTP, des questions restent en suspens. " Le logement a toujours été le bras armé du gouvernement : loger les gens, lutter contre la précarité énergétique, donc son absence pose question", avoue Philippe Huet, secrétaire général de la fédération du BTP dans la Vienne. Il n' y a pas non plus de ministère de l'artisanat, ni des PME, alors le professionnel ne sait plus exactement vers qui se tourner. " Le ministère de l'écologie aussi peut nous imposer des directives, alors notre inquiétude c'est qu'on nous impose des choses contradictoires".

La fonction publique liée au ministère des Comptes-publics

Pour les fonctionnaires c'est l'inquiétude. Emmanuel Macron évoquait déjà avant son élection, la suppression de 120 000 postes dans la fonction publique, mais avec le rapprochement du porte-feuille de la fonction publique avec le ministère des Comptes publics, les syndicats tirent la sonnette d'alarme. "J'ai peur que cela annonce des moyens beaucoup plus drastiques que prévu", confie Véronique Estévenet, secrétaire générale de l'union départementale de la CFDT dans la Vienne. Une chose est certaine, Emmanuel Macron a déjà tenu une promesse, celle de réduire le nombre de membres dans son gouvernement, au risque de créer l'affolement dans certaines branches d'activités.