Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Mireille d'Ornano, ex-FN et nouveau soutien de Florian Philippot : "Le Front national n'a plus de colonne vertébrale"

jeudi 28 septembre 2017 à 8:54 Par Simon De Faucompret et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Encartée au Front national depuis plus de 30 ans et amie de Jean-Marie Le Pen, l'Iséroise Mireille d'Ornano a claqué la porte du parti ce lundi 25 septembre afin de rejoindre le mouvement "Les Patriotes" de Florian Philippot.

Mireille d'Ornano préfère Florian Philippot à Marine Le Pen
Mireille d'Ornano préfère Florian Philippot à Marine Le Pen © Radio France -

Isère, France

Ce n'est pas la première fois que Mireille d'Ornano, euro-députée FN, a le sentiment d'être au centre d'un dilemme concernant son parti. Il y a deux ans, elle se disait attristée par l'exclusion de Jean-Marie Le Pen mais affirmait malgré tout son soutien à sa fille, nouvelle présidente du Parti.

Aujourd'hui, écœurée par les divisions au sein du Front national, elle claque la porte et rejoint Florian Philippot, ancien numéro 2 du FN lui aussi démissionnaire, qui a créé l'association "Les Patriotes". Un choix qui peut surprendre quand on sait l'amitié qui lie Mireille d'Ornano à Jean-Marie Le Pen qui n'a cessé de fustiger la ligne politique véhiculée par Florian Philippot.

"Je me retrouve dans cette ligne sociale, c'est un volet important pour moi." Mireille d'Ornano, nouveau soutien de Florian Philippot.

Sur les ondes de France Bleu Isère ce jeudi 28 septembre, la conseillère municipale grenobloise fait part de sa déroute : "Le projet du FN, je ne m'y retrouve plus", confesse-t-elle. "On revient sur la sortie de l'euro, on s'adapte en fonction des sondages et j'ai l'impression qu'on n'a plus de colonne vertébrale."

FN "social"

Elle a donc choisi la sécession, moins d'une semaine après le départ de Florian Philippot, ex-vice-président du Front national. Elle rejoint d'ailleurs le mouvement "Les Patriotes" de ce dernier, principale raison des tensions intestines du parti. "Je me retrouve dans cette ligne sociale incarnée par Florian, c'est un volet important pour moi", se justifie Mireille d'Ornano.

Un revirement qui ressemble aussi à un règlement de compte à postériori avec Marine Le Pen. C'est en effet cette dernière qui avait sanctionné Mireille d'Ornano d parce qu'elle avait osé s'afficher aux cotés du patriarche un 1er mai au pied de la statue de Jeanne d'Arc. Celà lui avait valu d'être exclue de la présidence départementale du FN. Si à l'époque elle avait fait bonne figure elle avoue aujourd'hui l'avoir "très mal vécu. Oublier que j'ai tenu cette fédération iséroise pendant 6 ans avec beaucoup de rigueur et de travail pour une simple gerbe de fleurs... Je l'ai ressenti comme une blessure." confie celle qui attend de voir aujourd'hui comment Florian Philippot va organiser ses troupes au parlement européen.