Politique

"Moi, j'ai tout plein de punch !" : la Nantaise Sarah Elhairy raconte son premier mois comme députée.

Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan mardi 18 juillet 2017 à 6:00

Sarah Elhairy, dans les studios de France Bleu Loire Océan pendant la campagne des législatives
Sarah Elhairy, dans les studios de France Bleu Loire Océan pendant la campagne des législatives © Radio France - Antoine Denéchère

Un mois après le second tour des élections législatives et la large victoire des candidats En Marche et Modem, France Bleu Loire Océan a interrogé l'une des nouvelles députées de Loire-Atlantique. Sarah Elhairy, 28 ans, garde son enthousiasme mais sait qu'elle doit encore "beaucoup apprendre".

Sarah Elhairy fait partie de la vague des député-es élu-es, suite à la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Issue du privé (elle était déléguée régionale de Chèque-Déjeuner à Nantes), âgée de 28 ans, jamais élue jusque-là, elle a battu le député socialiste sortant Michel Ménard le 18 juin dernier dans la 5ème circonscription de Loire-Atlantique et nous confie son impression sur le Palais-Bourbon, après un mois.

On bosse beaucoup !", Sarah Elhairy, députée Modem

L'Assemblée Nationale est en session extraordinaire depuis le 4 juillet dernier, pour adopter un certain nombre de projets de loi, et Sarah Elhairy constate d'abord qu'"on bosse, on bosse beaucoup !" (...) Une session extraordinaire, c'est une séance à 9h30, une séance à 15h et une séance à 21h30 qui se termine à 1h du matin, alors faîtes-le calcul : on ne peut pas nous dire qu'on ne bosse pas !", lance la jeune élue, faisant ici référence à la semaine dernière lors de l'examen du projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social (dit loi Travail).

Elle voulait "se battre" pour que la loi Travail "soit la plus juste possible"

Concernant cette "loi Travail", Sarah Elhairy s'était exclamée le 18 juin dernier, lors de la soirée électorale sur France Bleu Loire Océan : "je me battrai, je travaillerai pour qu'elle soit le plus juste possible", ajoutant qu'elle avait l'habitude de travailler avec les syndicats et qu'elle ne pensait pas que "ce sera une loi néolibérale". La députée Modem reconnaît toutefois ne pas avoir pu "se battre" autant qu'elle le souhaitait, n'étant pas membre de la Commission Affaires Sociales où le texte a été présenté et discuté préalablement : "c'est vrai, moins que ce que je pensais ! Et ce n'est pas pour autant que je n'ai pas essayé et été derrière les députés de la majorité à leur souffler les idées importantes pour moi : je n'ai rien lâché." Sarah Elhairy dit notamment avoir défendu les CHSCT (Comités Hygiène Sécurité et Conditions de Travail) et plaidé pour une évaluation des effets de la loi au bout d'un an. Mais au final, elle a voté en faveur du texte jeudi dernier au Palais-Bourbon, texte qui envisage de fusionner les différentes instances représentatives du personnel, dont les CHSCT, en une seule.

Des moutons de Panurge ? Je n'en ai rencontré aucun !" Sarah Elhairy

Sarah Elhairy répond à sa façon à Jean-Christophe Lagarde

Certains critiquent ces députés de la majorité présidentielle si nombreux et pointent le risque qu'ils se comportent comme "des moutons de Panurge" (dixit Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI). Sarah Elhairy n'apprécie pas et rétorque : "des moutons de Panurge, je n'en ai rencontré aucun ! J'invite M. Lagarde à me le présenter, c'est une denrée rare a priori ou alors il faut arrêter de consommer des produits qui permettent de faire des hallucinations !"

Sarah Elhairy, au Palais-Bourbon, le 12 juillet - Radio France
Sarah Elhairy, au Palais-Bourbon, le 12 juillet © Radio France - Antoine Denéchère

Sarah Elhairy, qui parachève actuellement le recrutement de ses assistants parlementaires, tient enfin à expliquer que la partie la plus importante du travail d'un député se déroule en commission, pas dans l'hémicycle. L'élue est membre de la commission Finances de l'Assemblée Nationale et "conseille à tout le monde de regarder les vidéos des débats en commission". La députée de 28 ans dit toujours "avoir tout plein de punch" et "avoir "envie d'apporter pleine de choses", des choses qu'elle "apporte en commission", en prenant aussi "le temps d'apprendre, de regarder comment ça fonctionne. Cette maison [le Palais-Bourbon] a plein de codes et pour bien faire cheminer jusqu'au bout son idée, si on y tient vraiment, il faut la mettre sur le bon chemin !"

Sarah Elhairy dit avoir "tout plein de punch" et prendre "le temps d'apprendre".