Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le nouveau maire RN de Moissac augmente son indemnité, l'opposition monte au créneau

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

À peine élu à Moissac (Tarn-et-Garonne), le maire RN Romain Lopez a fait voter l'augmentation de son indemnité. L'opposition dénonce cette augmentation au détriment des adjoints et conseillers qui perdent plusieurs dizaines d'euros.

Romain Lopez, le nouveau maire de Moissac dans son bureau
Romain Lopez, le nouveau maire de Moissac dans son bureau © Radio France - JMM

Les décisions de Romain Lopez à Moissac font déjà polémique. La célèbre "ville de Justes" du Tarn-et-Garonne a basculé à l’extrême droite en juin dernier avec l'élection du candidat du Rassemblement national. Ce dernier fait déjà réagir l'opposition avec l'augmentation de son indemnité. Le principal intéressé répond qu'il n'y pas de polémique puisque l'enveloppe globale des indemnités a baissé dans la commune d'environ 13.000 habitants.

De 2.500 à 3.000 euros

L'indemnité du maire passe de 2.500 euros net par mois à 3.000 euros, décision votée lors du Conseil municipal du 23 juillet dernier. Romain Lopez explique que, contrairement à ses prédécesseurs, il n'a pas de revenu complémentaire puisqu'il abandonne son poste à la Région pour se consacrer à la ville de Moissac. 

"Il n'y a pas de polémique [...] puisque l'enveloppe globale des indemnités baisse." — Romain Lopez

"Le nombre d'adjoints passe de neuf à huit, ce qui nous permet de faire une économie de 1.000 euros par mois", justifie l'élu un mois après son élection. Romain Lopez réfute toute polémique : " Il n'y a pas de polémique puisque pour la première fois nous avons diminué l'enveloppe globale d'indemnités des élus donc c'est un point positif, ça n'impacte pas les habitants".

Il n'empêche, la disparition d'un poste d'adjoint ne suffit pas à compenser l'augmentation de l'indemnité touchée par le maire. L'indemnité des adjoints et conseillers municipaux délégués a baissé de plusieurs dizaines d'euros.

L’offensive de l'opposition

Cette première décision est un très mauvais signal envoyé aux habitants réagit l'élue d'opposition et candidate déchue de la gauche Estelle Hemmami. "C'est étonnant d'augmenter son indemnité et de baisser celle de ses adjoints. C'est même surprenant, ça montre que quelque part il n'a pas confiance en ses adjoints et conseillers", regrette-t-elle.

"Il a besoin de personnes de confiance proches de lui pour pouvoir diriger la municipalité quand il n'est pas là." — Estelle Hemmami

L'autre décision qui fait réagir l'opposition c'est l'arrivée de Quentin Lamotte à la mairie. Le conseiller régional Rassemblement national (candidat déchu à la mairie de Toulouse) devient secrétaire du cabinet du maire, cabinet nouvellement créé par Romain Lopez.

Une nomination qui en dit long sur les ambitions du maire selon Estelle Hemmami du collectif Tems (Territoires et Moissac solidaires) : "Il [le maire] applique une politique RN, il met en place un cabinet RN et il vient également de nommer un chargé de communication pour un an pour faire sa communication externe pour mettre en valeur toutes ses petites actions au sein de la mairie. C'est un homme qui est ambitieux, il vise le Département voire plus donc il a besoin de personnes de confiance proches de lui pour pouvoir diriger la municipalité quand il n'est pas là".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess