Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Près de Caen, la ville de Mondeville dit NON à Amazon, l'entreprise répond

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Dans un communiqué publié ce mardi, la commue de Mondeville près de Caen refuse que l'enseigne américaine Amazon s'installe sur son territoire. L'entreprise de commerce électronique souhaiterait s'implanter sur un terrain de 50 000 m². La maire de Mondeville, Helène Burgat, ne l'entend pas ainsi.

Le site Amazon de Brétigny-sur-Orge fonctionne depuis août 2019.
Le site Amazon de Brétigny-sur-Orge fonctionne depuis août 2019. © Radio France - Faustine Mauerhan

Mondeville, France

"Amazon à Mondeville c'est NON !" La maire de Mondeville, Hélène Burgat, dénonce ce mardi dans un communiqué la probable installation de l'entreprise de commerce électronique dans sa commune. "J’ai appris la semaine dernière la volonté d’Amazon d’implanter à Mondeville un entrepôt de 10 000 m2 sur un terrain de 50 000 m². J’y suis farouchement opposée", écrit l'élue. Dans sa prise de position transmise à la presse, Hélène Burgat fustige l'impact social, économique et environnemental de la société.

Extraits du communiqué : "En termes d’emploi : de nombreux rapports révèlent que pour un emploi créé par Amazon, plus de 2 seraient détruits dans le commerce physique traditionnel. À Mondeville, la promesse est de 150 emplois nets créés : combien de centaines seraient détruits sur l’agglomération ? En termes d’impôt, premier levier de la solidarité : l’essentiel du chiffre d’affaires d’Amazon réalisé en France serait dissimulé. Ses bénéfices seraient très largement sous-estimés, grâce à un système d’optimisation, d'évasion fiscale via le Luxembourg. En échappant à l’impôt, non seulement Amazon ne prend pas sa part de la solidarité, mais elle pratique également une concurrence déloyale qui pèse sur tout le secteur de la vente en ligne et sur le commerce physique. En termes de conditions de travail : les conditions de travail et les techniques managériales imposées à une main d’oeuvre précaire peu qualifiée seraient particulièrement pénibles. En termes d’impact environnemental : le volume des achats (15 milliards par an), le stockage numérique de ses données, le développement de la livraison ultra-rapide impactent fortement l’environnement."

La communauté urbaine Caen-la-Mer soutient l'initiative

Juridiquement, cette prise de position politique n'a que peu de chance de peser sur ce projet même si toutes les pistes sont explorées. "Si nous n’avons que peu de marges de manœuvre, nous devons envoyer un signal fort à Amazon pour qu’il sache qu’ici à Mondeville, son modèle économique et plus largement, son modèle de société, ne sont pas les bienvenus" conclu la maire de Mondeville. Par la voix de son président Joël Bruneau, la communauté urbaine Caen-la-Mer soutient la démarche d'Hélène Burgat. La question sera abordée ce jeudi par le bureau communautaire.

Cette montée au créneau, à quelques mois des élections municipales, peut poser question. L'élue mondevillaise assure que ce n'est pas elle qui impose le calendrier. "Nous avons eu une réunion avec un aménageur pour implanter un entrepôt logistique à Mondeville, explique par ailleurs Hélène Burgat. J'ai eu le plus grand mal à obtenir le nom du client de l'aménageur. J'ai bien vu qu'il y avait un certain secret autour de cette implantation. Et je n'ai appris que la semaine dernière son identité."

Amazon conteste le portrait dressé de l'entreprise

Contacté par France Bleu Normandie, Amazon France explique "ne pas avoir d'annonce à faire ce jour sur un projet concret. Pour répondre à la croissance de la demande client, nous étudions en permanence différentes opportunités pour développer nos capacités. Mais nous n’avons rien à annoncer dans la région de Caen."

En revanche, la société réfute les allégations sur l'emploi. L'entreprise "emploie 9 300 salariés en CDI en France. Depuis 2017, nous avons créé 5 300 emplois." Le géant du e-commerce conteste le fait qu'Amazon détruirait de l'emploi mettant en exergue la hausse des embauches dans le commerce au niveau national. L'entreprise balaye aussi les reproches sur les conditions de travail ("82% de nos collaborateurs se disent satisfaits de leur travail et ils sont 7 sur 10 à recommander Amazon pour y travailler" nous indique la société), la fiscalité ("Amazon s’acquitte de l’ensemble des impôts et taxes exigibles en France et dans tous les pays où il est présent") et l'environnement justifiant, sur ce dernier point, investir notamment dans le développement durable depuis des années et parle de contrevérités sur les livraisons à domicile qui accroîtraient la pollution ("L’idée que les livraisons à domicile seraient à l’origine d’un accroissement de la pollution et de la congestion urbaine nous semble erronée et en tout cas non documentée").

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu