Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Journée capitale pour la maire de Montauban, Brigitte Barèges, soupçonnée de détournement de fonds

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La maire de la préfecture du Tarn-et-Garonne va connaitre ce mardi la décision du tribunal correctionnel de Toulouse dans son procès pour détournement de fonds. Enjeu principal : une peine d'inéligibilité qui pourrait la contraindre à quitter la mairie.

Brigitte Barèges, la maire de Montauban
Brigitte Barèges, la maire de Montauban © Radio France -

Brigitte Barèges a l'habitude de garder le sourire en toutes circonstances. Elle sera certainement tendue, tout de même, ce mardi après-midi en arrivant au Palais de Justice de Toulouse. La maire LR de Montauban va en savoir un peu plus sur son sort politique puisque le tribunal correctionnel de Toulouse va rendre son délibéré dans le cadre de l'affaire de détournement de fonds public et d'emploi fictif pour laquelle elle a comparu il y a deux mois. Brigitte Barèges peut très bien être relaxée ou ressortir en n'étant plus maire de la première ville du Tarn-et-Garonne.

L'enjeu de l'exécution provisoire au cœur de cette audience

Il lui est reproché d'avoir, pendant la campagne des municipales de 2014, utilisé les moyens de la mairie pour se faire réélire. Elle aurait notamment rémunéré un agent de la ville pour qu'il écrive des article élogieux sur son action dans le Petit Journal. Brigitte Barèges, présumée innocente, avait comparu en compagnie de son ex-chargé de communication, de son ancien directeur de cabinet et du directeur de la publication. La maire montalbanaise avait accusé le coup en entendant les réquisitions du procureur : jusqu'à deux ans de prison avec sursis, 15.000 euros d'amende et surtout une peine d'inéligibilité de cinq ans. 

Des demandes d'autant plus sévères que le ministère public avait aussi demandé l'exécution provisoire

Si celle-ci est prononcée par le juge ce mardi après-midi avec une peine d'inéligibilité, Brigitte Barèges ne pourra plus être maire de Montauban. C'est ce qui est arrivé il y a quelques mois au maire de Gaillac dans le Tarn. Patrice Gausserand qui a dû, à peine réélu et du jour au lendemain, laissé le fauteuil.

L'exécution provisoire, c'est aussi elle qui a envoyé une première fois Patrick Balkany en prison, elle qui a immédiatement condamné le maire de Levallois-Perret à l'inéligibilité. Les juges semblent de moins en moins frileux à s'en servir dans les affaires politico-judiciaires. Autant dire que dans une ville préfecture et concernant une personnalité politique comme Brigitte Barèges, elle aurait l'effet d'une bombe. Selon nos informations, le plan B en cas d'inéligibilité immédiate, a bien été étudié. La maire de Montauban n'est pas jugée par les mêmes magistrats que le maire de Gaillac. En revanche, elle a le même avocat que Patrice Gausserand, Me Laurent De Caunes.

L'avenir politique de Brigitte Barèges en question

Personne, ni ses proches ni ses opposants, n'en doute. Brigitte Barèges est une battante qui peut très bien être relaxée cet après-midi, mais qui fera appel de toute façon si elle est frappée d'inéligibilité. Deux scénarios sont envisageable dans ce cas-là.. 

Le premier : il n'y a pas d'exécution provisoire et les mandats qu'elle exerce - maire et conseillère départementale - Brigitte Barèges les conserve en faisant appel. C'est arrivé à beaucoup d'élus qui ont pu ont jouer ainsi  la "montre judiciaire" et multipliant les recours. 

Deuxième scénario, l'exécution provisoire. Là, Brigitte Barèges n'est plus maire. Le conseil peut élire un remplaçant ou démissionner collectivement en provoquant de nouvelles élections. Elle n'est plus non plus conseillère départementale et ironie de la vie politique, c'est Pierre Mardegan son suppléant mais adversaire LREM aux dernières municipales, qui pourrait prendre la place. 

Brigitte Barèges joue d'autant plus gros qu'elle compte se représenter aux départementales et mettre son grain de sel dans les régionales. Aujourd'hui elle dément l'idée d'une liste commune avec Robert Ménard, mais c'est bien la décision des juges, ce mardi à Toulouse, qui va tout conditionner.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess