Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Montreuil, les agents manifestent et le conseil municipal se tient à huis clos

-
Par , France Bleu Paris
Montreuil, France

Conseil municipal à nouveau agité à Montreuil ce mercredi soir. Des agents de la ville sont venus protester contre trois délibérations qui suppriment une prime, un congé de préretraite et une subvention au comité des œuvres sociales de la ville et finalement adoptées, mais à huis clos.

Les agents ont protesté pendant le conseil municipal
Les agents ont protesté pendant le conseil municipal © Radio France - Rémi Brancato

Le conseil municipal a été bien plus rapide qu'à l'accoutumée ce mercredi soir à Montreuil. "Compte tenu des circonstances je demande au conseil de se prononcer sur le huis clos" annonce Patrice Bessac, le maire communiste hué depuis plus de 10 minutes par des agents en colère venus manifester, pancartes à la main au balcon de la salle du conseil. "C'est scandaleux, c'est le 49-3 à la montreuilloise" s'écrie une manifestante. "Honte à vous, vous n'avez pas été élus pour ça!" lâche une autre.

Un "49-3 à la montreuilloise" pour les agents

Ce que reprochent les manifestants à la majorité municipale, ce sont trois délibérations finalement votées à huis clos, et en moins d'une heure, l'opposition ayant décidé de ne pas siéger. Les mesures prévoient de supprimer une prime d'installation pour les contractuels titularisées (environ 1500 euros nets), de baisser de 10% la subvention au comité des oeuvres sociales (COS) équivalent d'un comité d'entreprise, et de supprimer le congé de préretraite des agents.

Un conseil municipal finalement à huis clos. Rémi Brancato

Les représentants syndicaux dénoncent*_ "une politique d'austérité* qui s'applique au niveau local_". "Il y a un vrai écart entre un membre du Parti communiste français qui porte un discours contre l'austérité et des positions en tant qu'employeur où il applique cette austérité avec zèle" dit Dominique Madec, de la CGT qui "dénonce cet écart entre le local et le national_".

Bernard Grenouillet, de la FSU

Des économies réalisées dans un budget contraint pour les élus 

"Il n'y avait pas d'autres choix que ces économies si nous ne voulions pas nous attaquer de manière forte à l'emploi public dans la ville" estime pour sa part Frédéric Molossi, adjoint (PS) en charge du personnel qui ajoute que le budget s'est construit "dans un contexte compliqué avec la baisse des dotations de l'Etat". "Nous avons décidé de ne pas augmenter les impôts pour la deuxième année consécutive" rappelle aussi l'élu. Quant à la suppression de la prime d'installation, versée aux agents contractuels lors de leur titularisation, elle permettra d'ici à la fin de l'année 2016 de titulariser 80 agents actuellement contractuels, sur les 340 que compte la ville.

Frédéric Molossi, adjoint en charge du personnel

"La porte du maire demeure ouverte" ajoute enfin son adjoint, qui estime que le dialogue social n'est pas rompu, comme le disent les syndicats. Quant aux reproches politiques faits au communiste Patrice Bessac, Frédéric Molossi se fait son porte parole :  "je vais reprendre une phrase du maire : ce n'est pas à coup d'idéologie que je verse les salaires des agents à la fin du mois". Déjà, le conseil municipal du 1er juin avait été reporté à ce mercredi 15, en raison de la manifestation bruyante des agents. La détermination des agents est importante et le conflit pourrait se poursuivre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess