Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : "il vivait de, par et pour la politique" selon le politologue Jean Petaux

-
Par , France Bleu Gironde

Son lien privilégié avec Alain Juppé l'ex-maire de Bordeaux, son discours du Vel d'Hiv, son refus de faire la guerre en Irak, les affaires et l'attachement des Français au cinquième président de la 5e République, c'est ce que retient Jean Petaux politologue à Sciences-Po Bordeaux de Jacques Chirac.

Jean Petaux politologue à Sciences-Po Bordeaux
Jean Petaux politologue à Sciences-Po Bordeaux © Radio France - Stéphanie Brossard

Depuis l'annonce de la mort de Jacques Chirac à l'âge de 86 ans, un large mouvement de sympathie se dégage partout en France. Ce qui n'étonne pas Jean Petaux politologue à Sciences-Po Bordeaux, invité de la matinale de France Bleu Gironde. "Cela tient à sa présence tout à fait étonnante dans la vie politique française depuis 40 ans. Jacques Chirac vivait de par et pour la politique. C'était un tueur en politique parce qu'il en faisait pour gagner et pas pour beurrer les sandwiches !"

Que retenir de l'ex-Président durant douze ans ? Sa prise de position contre la guerre en Irak en 2003. Et le discours du Vel d'Hiv en 1995, avec la reconnaissance pour la première fois de la responsabilité de l'Etat Français dans les crimes nazis et la déportation des juifs.

Une ombre au tableau : les affaires, notamment celle des emplois fictifs à la mairie de Paris qui lui a valu une condamnation en 2011 : premier chef de l'Etat français condamné au pénal. Pour Jean Petaux, il faut "vraiment se garder de tout anachronisme historique. La vie politique dans les années 60 quand il l'a découvre, est violente. Et le financement de la vie politique n'existe pas. Donc chaque force politique se débrouille avec les moyens du bord."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess