Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : "Il connaissait la France merveilleusement bien", se rappelle une ancienne attachée de presse

-
Par , , France Bleu Berry, France Bleu

La Castelroussine Lydie Gerbaud a été l'attachée de presse de Jacques Chirac de 1975 à 1995. Elle a suivi l'ancien président de la République jusqu'à son arrivée à l'Élysée.

Lydie Gerbaud a été l'attachée de presse de Jacques Chirac de 1975 à 1995
Lydie Gerbaud a été l'attachée de presse de Jacques Chirac de 1975 à 1995 © Radio France - Régis Hervé

"C'est un coup terrible dans ma vie", réagit Lydie Gerbaud après l'annonce de la mort de Jacques Chirac, à l'âge de 86 ans. La Castelroussinne connaissait très bien l'ancien président de la République : elle a été son attachée de presse pendant 20 ans, de 1975 à 1995. Elle le suit lors de sa démission de son poste de Premier ministre en août 1976. Jacques Chirac a alors un autre objectif : briguer la mairie de Paris.

Jacques Chirac, le souvenir d'un homme qui "aime les Français"

"Il m'a demandé, puisque je pratiquais le métier d'attaché de presse, de venir l'aider pour la campagne qu'il allait faire pour la mairie de Paris. Je ne l'ai plus quitté, je l'ai emmené à l'Elysée, je lui avais dit que je resterais avec lui", se remémore Lydie Gerbaud. En mars 1977, Jacques Chirac triomphe aux élections municipales à Paris. "Quand Jacques a déclaré sa candidature, ça a été un coup de tonnerre dans la région. Personne ne s'y attendait", se souvient l'ancienne attachée de presse. Chirac restera à la mairie de Paris jusqu'en 1995.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Mais il a d'autres idées en tête. Il devient Premier ministre en 1986, pour deux années de cohabitation houleuse avec François Mitterrand. En 1988, il est battu à l'élection présidentielle. Mais Jacques Chirac ne renonce pas et se prépare pour la présidentielle de 1995. "Nous avons fait tous les départements français, des réunions partout, parce que pour Jacques Chirac, l'essentiel était le contact avec les gens, avec les Français", insiste Lydie Gerbaud.

C'était un homme entier. C'est quelqu'un qui aimait les gens"

"Jacques Chirac faisait ce travail avec un plaisir et avec une amitié vis-à-vis des gens. Certes, il serrait les mains mais il aimait serrer les mains et rencontrer les gens. Pas seulement les élus et les personnages importants qui tenaient à le voir mais également les agriculteurs, les gens qui travaillaient dans les usines. C'était pour lui un plaisir très important", ajoute Lydie Gerbaud.

La passion pour le monde rural

Évidemment, quand on pense à Jacques Chirac, c'est son amour pour le milieu agricole qui revient. Ses virées au salon de l'Agriculture notamment. Mais aussi dans la vie de tous les jours. "Dans chaque département, le matin, avant que nous partions sur le terrain, les agriculteurs venaient pour rencontrer Jacques Chirac dans l'hôtel où il était, pour parler avec lui. Il était très apprécié des agriculteurs", témoigne Lydie Gerbaud. 

Lors de ses déplacements en région, Jacques Chirac accorde des interviews régulières aux médias locaux. "Je tenais à ce que Jacques Chirac comprenne que la France et les Français apprenaient les choses par la presse régionale, la radio régionale et la télévision régionale", indique Lydie Gerbaud. "

La proximité était la base de ses contacts et surtout la base de son métier. La priorité, c'était le contact avec les gens"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess