Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : les réactions en Charente et Charente-Maritime

-
Par , France Bleu La Rochelle

Jacques Chirac est décédé ce jeudi matin,à l'âge de 86 ans. La mort de l'ancien président de la République suscite de nombreuses réactions en Charente et Charente-Maritime.

Jacques Chirac en visite à Angoulême en septembre 2000
Jacques Chirac en visite à Angoulême en septembre 2000 © Maxppp - BEP/JEAN-CHRISTOPHE SOUNALET/SUD OUEST

Charente-Maritime, France

Jacques Chirac est mort ce jeudi matin. "Au milieu des siens", déclare son gendre Frédéric Salat-Baroux.  L'ancien président de la République était âgé de 86 ans. 

Plusieurs élus en Charente et Charente-Maritime tiennent à lui rendre hommage. "Une immense peine" écrit sur twitter, le président du conseil départemental de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau. Il a été le ministre de Jacques Chirac pendant cinq ans, d'abord aux transports, puis au budget et enfin à l'agriculture. "On ne pouvait avoir que de bonnes relations avec Jacques Chirac, tellement il était emprunt d'humanité, de gentillesse et d'attention envers tous ceux qu'il côtoyait"

Dominique Bussereau a tissé des liens avec l'Ancien président de la République : "j'ai eu l'occasion de le rencontrer en période de vacances, il était d'une extrême gentillesse avec mon épouse, mes enfants. Je n'ai que de bons souvenir avec Jacques Chirac. J'ai une grande affection pour lui et toutes mes condoléances à Claude, sa fille et à Bernadette, son épouse". 

Le président du conseil départemental Dominique Bussereau, le député Didier Quentin rendaient régulièrement visite à Jacques Chirac depuis 2007, date à laquelle il a quitté l'Elysée. Mais depuis deux ans, son état de santé ne lui permettait plus de recevoir des visites. 

"Je perds un ami et un père. Je crois que tous ceux qui ont été à un moment ou un autre ses collaborateurs et ses collaboratrices se sentent aujourd'hui orphelins", déclare le député de Royan Didier Quentin. Il a été l'un de ses proches collaborateur de 1986 à 1995. L'élu de la Charente-Maritime a été directeur général des relations internationales de la ville de Paris lorsque Jacques Chirac était maire.

"J'ai beaucoup appris à ses côtés. Le Président Pompidou le surnommait le bulldozer. Mais c'était un bulldozer avec un très grand cœur. C'était un homme d'une densité humaine considérable, d'une très grande culture même s'il adorait lire des romans policier et des OSS 117".

Jacques Chirac en visite à la Corderie royale pour le trentième anniversaire du conservatoire du littoral, le 18 juillet 2005 - Maxppp
Jacques Chirac en visite à la Corderie royale pour le trentième anniversaire du conservatoire du littoral, le 18 juillet 2005 © Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/JULLIAN Dominique

Et l'élu se souvient de sa visite en Charente-Maritime en 2005. "C'était le trentième anniversaire du conservatoire du littoral par la loi du 18 juillet 1995. Il a fait un magnifique discours à la corderie royale de Rochefort et nous devons lui en être aussi très reconnaissant parce que c'est lui qui a doté ce conservatoire d'une recette pérenne, durable. Et c'est grâce à ça qu'il y a maintenant des milliers de kilomètres de côtes en métropole et en outre-mer qui sont bien protégés et bien préservés"

Dans un communiqué le député de la Charente, Thomas Mesnier reprend une Jacques Chirac : « Plus que jamais, le destin du monde est là, dans la capacité des peuples à porter les uns sur les autres un regard instruit et à faire dialoguer leurs différences et leurs cultures ». Il revient sur son parcours politique "rempli de contraste, de passion pour la chose publique". 

Jacques Chirac, José María Aznar et Lionel Jospin à La Rochelle  - Maxppp
Jacques Chirac, José María Aznar et Lionel Jospin à La Rochelle © Maxppp - OSCAR MORENO/EFE/Newscom/MaxPPP

Lionel Jospin qui possède une résidence secondaire sur l'île de Ré lui rend aussi hommage. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac et son adversaire malheureux à la présidentielle de 2002 estime "avoir eu le privilège de gouverner la France au cours d'une période politiquement complexe de cohabitation". Il ajoute avoir conduit "une politique intérieure différente de celle" qu'aurait choisie Jacques Chirac. Mais il souligne : "en politique étrangère, nous avons veillé tous deux à ce que notre pays parle d'une seule voix et soit respecté sur la scène internationale". 

Jacques Chirac avait refusé d'engager les troupes françaises dans la guerre en Irak. Une position saluée aujourd'hui par la classe politique dans de nombreux hommages. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu