Politique

Mort de Jean-Philippe Motte ancien adjoint à la politique de la ville à Grenoble

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère samedi 28 janvier 2017 à 11:56

Jean-Philippe Motte, adjoint durant 16 ans à la mairie de Grenoble.
Jean-Philippe Motte, adjoint durant 16 ans à la mairie de Grenoble. © Radio France

Jean-Philippe Motte, ancien adjoint de Michel Destot durant trois mandats à Grenoble, est décédé vendredi soir à l'âge de 73 ans. Il avait notamment co-fondé le parti politique grenoblois GO citoyenneté.

"Le décès d'un ami". Voilà comment Michel Destot a réagi ce matin suite à l'annonce de la mort de Jean-Philippe Motte. Il avait été son adjoint à la politique de la ville et au logement durant trois mandatures, entre 1995 et 2011. Il avait notamment porté le projet de rénovation urbaine de la Villeneuve, et insistait en particulier sur le cadre de vie des quartiers les plus fragiles de la ville.

"Un homme intègre"

Aujourd'hui, la classe politique grenobloise lui rend hommage et parle d'un "homme intègre", d'un "humaniste, à l'écoute des autres. Paul Bron, élu GO Citoyenneté, dans l'opposition de gauche à la mairie de Grenoble salue aujourd'hui un "compagnon de route". Ce mouvement, GO Citoyenneté, il l'avait crée. Sur la page Facebook du parti grenoblois, on peut lire à propos de Jean-Philippe Motte : "il a marqué la vie politique grenobloise par sa droiture, son intégrité et son sens de l’intérêt général".

Hommage unanime à gauche

Geneviève Fioraso, députée PS de l'Isère, a également exprimée sa tristesse : "À la Métro, à la Ville, il a été un élu exemplaire, très présent, avec des convictions politiques et morales affirmées, toujours humain et fraternel. Il était encore avec nous, il y a quelques semaines, en réponse à une invitation des habitants pour un déjeuner intercommunautaire qu'il avait tenu à honorer. Sa disparition me touche beaucoup".

Hommage également du côté de Christophe Ferrari, le président de la Métropole Grenobloise. Paul Bron soulignait d'ailleurs que Jean-Philippe Motte était un des pionniers de la Métropole, qu'il avait poussé depuis longtemps pour sa création. Christophe Ferrari salue lui "la mémoire de Jean-Philippe Motte" qui "n'a eu cesse de défendre, avec l'intégrité et l'humilité qui le caractérisaient, ses valeurs humanistes".

Jean-Philippe motte avait 5 enfants et beaucoup de petits enfants. Les funérailles auront lieu la semaine prochaine au centre œcuménique Saint-Marc, à Grenoble.