Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Patrick Devedjian : le monde politique français sous le choc

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

L'ancien ministre et président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, est mort. Il a été emporté par le coronavirus, à l'âge de 75 ans. Les réactions se multiplient pour lui rendre hommage.

Patrick Devedjian, le président du département des Hauts-de-Seine, est mort du nouveau coronavirus dans la nuit de samedi à dimanche.
Patrick Devedjian, le président du département des Hauts-de-Seine, est mort du nouveau coronavirus dans la nuit de samedi à dimanche. © Maxppp - Vincent Isore/IP3 PRESS/MAXPPP

Il est la première personnalité politique française à succomber du coronavirus. Patrick Devedjian, ancien ministre et président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche. Âgé de 75 ans et diagnostiqué positif au Covid-19, il était en observation depuis mercredi dans un hôpital du département. 

Son décès suscite une profonde émotion, et une vague de réactions, au sein de la sphère politique française d’autant plus que Patrick Devedjian avait, il y a quelques jours, annoncé sur Twitter qu'il était "fatigué" mais que "son état était stabilisé". Il disait être "en train de remonter la pente".

"Profonde tristesse"

L'ancien président Nicolas Sarkozy a salué le "panache" de son ancien ministre. "Patrick Devedjian était un homme passionné, entier, sincère, engagé. Il incarnait la politique comme je l'aime, avec des sentiments, des convictions, du panache. Je suis fier de l'avoir eu à mes côtés", a écrit sur Twitter l'ancien chef de l'Etat. "Je veux dire à ses proches ma vive émotion et ma tristesse infinie".

Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, salue "la personnalité exceptionnelle" qui a "marqué de son empreinte le département des Hauts-de-Seine et le pays". "Bouleversée, je pense à Sophie, sa femme, et à ses fils", a-t-elle conclu.

Sur Twitter, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, ancien du RPR et de l'UMP, a fait part de sa profonde tristesse. "Profondément attristé par le décès de Patrick Devedjian, esprit libre à la parole libre. A sa ville d’Antony et à son département des Hauts-de-Seine, il aura toujours voulu donner un temps d’avance", a-t-il tweeté. Xavier Bertrand avait, en 2008, succédé à Patrick Devedjian à la tête de l'UMP.

Le président des Républicains, Christian Jacob, a témoigné de sa "grande tristesse" : "C'était un grand serviteur de la France, qui a exercé plusieurs postes de ministres, un grand serviteur de son département des Hauts-de-Seine également et de sa ville d'Antony. Patrick Devedjian était une figure marquante et une personnalité de notre famille politique et je pense à sa famille et à ses proches".

"Un élu dévoué"

L'ancienne garde des Sceaux, Rachida Dati, candidate LR à la mairie de Paris a rendu hommage à "son ami", rappelant qu'il était un "esprit brillant", un "élu dévoué à son territoire, empathique et doté d'un grand sens de l'Etat". "Il était une figure de la vie politique française. Mes pensées vont à sa famille et à ses proches."

"_Patrick Devedjian, des convictions, de la culture, de l'empathie, du caractère, du talent, un ministre qui a fait honneur à la fonction. L'un des meilleurs. Profonde Tristess_e", a réagi l'ancien Premier ministre (UMP) Jean-Pierre Raffarin.

Pierre Bédier, le président LR du conseil départemental des Yvelines, a rendu hommage "au grand serviteur de la France" qu'était Patrick Devedjian. "_Dans tous ses mandats locaux il fut un gestionnaire avisé et un visionnaire passionné. Il était mon ami et ensemble nous avons porté le combat pour une Métropole parisienne digne de ce nom, c’est-à-dire rayonnante, ambitieuse, juste, et pour le rapprochement de nos deux départements, si complémentaires. Honorer sa mémoire, c’est poursuivre son comba_t", a-t-il écrit dans un communiqué.

Gérard Larcher, le président du Sénat, qui a été l'un des premiers à réagir a exprimé sa "grande tristesse d’apprendre la mort de Patrick Devedjian. Homme courageux et totalement dévoué à sa ville d’Antony et aux Hauts-de-Seine." 

Pensées aux victimes du coronavirus

À gauche, les réactions ne manquent pas non plus. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a adressé ses pensées aux Arméniens "qui perdent aujourd'hui un de leurs frères". 

Dans un second tweet, elle a également tenu à rappeler les "beaux projets communs" entre Paris et le Conseil départemental des Hauts-de-Seine. "Je pense également ce matin aux habitantes et aux habitants d’Antony, dont il fut le maire pendant 18 ans."

L'ancien président François Hollande a salué "le combattant" et a appelé à "l'unité nationale" dans la lutte contre le coronavirus. "Il avait surmonté avec courage bien des épreuves. Celle qui l’a emporté était la plus sournoise car la plus invisible. Je salue sa mémoire et celle de toutes les victimes de ce fléau. La lutte engagée appelle la plus grande unité nationale", a-t-il réagi sur Twitter.

Le président PS du département de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, a adressé ses condoléances à la famille de Patrick Devedjian. "Je retiens son combat pour la reconnaissance du génocide arménien, son amour de la culture, sa passion du droit. J’appréciais cet homme drôle, humain et engagé", a-t-il réagi dans un communiqué.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu