Politique

Mort de René Teulade, ancien dirigeant mutualiste et proche de Hollande

Par Géraldine Marcon et Alexandre Chassignon, France Bleu Limousin jeudi 13 février 2014 à 19:20 Mis à jour le vendredi 14 février 2014 à 8:40

René Teulade en 2010 à Tulle.
René Teulade en 2010 à Tulle. © Photo Agnès Gaudin / La Montagne / Maxppp

René Teulade est mort ce jeudi à Paris à 82 ans. Il était plongé dans le coma depuis un malaise mercredi. Le sénateur-maire d’Argentat a longtemps dirigé des institutions mutualistes. En politique, il a été ministre sous Pierre Bérégovoy, premier vice-président du Conseil général de Corrèze et suppléant de François Hollande.

Il est venu à la politique par le mutualisme . D’abord enseignant, René Teulade a grimpé dans la hiérarchie des caisses : d’abord celle de l’Education nationale puis leur fédération, l’Union nationale des caisses autonomes mutualistes , qu’il a présidée à partir de 1975. Il ne l’a quittée, en 1992, que pour entrer au gouvernement comme ministre des Affaires sociales et de l'Intégration.

Cette longue carrière l’a aussi mené devant les tribunaux. Il a été condamné en 2011 à 18 mois de prison avec sursis dans une affaire d'abus de confiance et de détournement de fonds à la mutuelle retraite de la fonction publique. Il avait fait appel.

Figure socialiste proche de Hollande

En Corrèze, René Teulade était une figure du socialisme depuis un quart de siècle. Maire d’Argentat depuis 1989 (il ne se représentait pas), conseiller général, il a aussi accompagné l’ascension de François Hollande. "Je perds un ami", écrit le président de la République.

Réné Teulade a été le lieutenant de France Hollande en Corrèze pendant une quinzaine d'année : son suppléant à partir de 1997 puis le premier vice-président du Conseil général de la Corrèze de 2008 à 2011. La même année, il a été élu au Sénat.