Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Valéry Giscard d'Estaing

Mort de Valéry Giscard d'Estaing : l'artisan de l'indemnisation des Malgré-Nous alsaciens et mosellans

L'ancien président de la République, Valéry Giscard D’Estaing, décédé mercredi 2 décembre, a notamment œuvré pour l’indemnisation des Malgré-Nous, les Alsaciens-Mosellans incorporés de force dans la Wehrmacht pendant la guerre.

Au Mémorial d'Alsace-Moselle à Schirmeck, qui rend hommage aux incorporés de force.
Au Mémorial d'Alsace-Moselle à Schirmeck, qui rend hommage aux incorporés de force. © Maxppp - Dominique Gutekunst

L'ancien président de la République, Valéry Giscard D’Estaing, décédé mercredi 2 décembre, a marqué l'histoire de l'Alsace et de la Moselle. Il a œuvré pour l’indemnisation des Malgré-Nous, ces Alsaciens-Mosellans incorporés de force dans la Wehrmacht pendant la guerre. 

Engagé volontaire à 19 ans dans l’armée française. Il a combattu en Alsace en 1944. Des années plus tard, en 1979, alors président de la République, il revient dans le département du Haut-Rhin, dans la commune de Burnhaupt-Le-Haut, où il avait commandé le poste de garde de nuit. Il déclare alors : "Lorsque nous combattions, certains d'entre vous étaient prisonniers, certains d'entre vous avaient été enrôlés de force. C'est pourquoi j'ai tenu à ce que ce qui devait être réglé et qui ne l'était pas encore après 30 ans le soit enfin. Ainsi, nous aurons refermé ensemble les cicatrices et les blessures"

Après cette déclaration, un accord sur l’indemnisation des Malgré-Nous est conclu à Bonn le 23 février 1979 avec le chancelier allemand Helmut Schmidt. Il prévoit la créa­tion d’une fonda­tion de droit local, la future Fonda­tion entente franco-alle­mande (Fefa), et le verse­ment à celle-ci, par l’Al­le­magne, d’un fonds de 250 millions de Deutsche Mark, soit 117,5 millions d’eu­ros. Plus de 86.000 Alsaciens-Mosellans ou leurs ayants droit ont ainsi été indemnisés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess