Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Motion de censure : les élus d'opposition nord franc-comtois sont divisés

lundi 30 juillet 2018 à 18:08 Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Deux motions de censure contre le gouvernement vont être discutées à l'Assemblée Nationale ce mardi 31 juillet 2018. L'une a été déposée par le groupe LR, l'autre par les partis de gauche, suite à l'affaire Benalla. Parmi les élus nord francs-comtois d'opposition, tous ne voteront pas ces motions.

Les motions de censure seront discutée à l'Assemblée Nationale ce mardi 31 juillet, à partir de 15h.
Les motions de censure seront discutée à l'Assemblée Nationale ce mardi 31 juillet, à partir de 15h. © Maxppp - DAVID ADEMAS

Franche-Comté, France

Les députés de l'opposition font front commun, ou presque, contre le gouvernement. La droite, comme la gauche, ont déposé une motion de censure. Les deux textes seront discutés ce mardi 31 juillet. Tous les députés nord francs-comtois de l'opposition ne voteront pas ces motions.

Un acte symbolique

Une motion de censure a normalement vocation à renverser le gouvernement. Dans le cas présent, elle est plus symbolique qu'autre chose, comme le reconnaît le député LR de la première circonscription du Territoire de Belfort, Ian Boucard. En effet, sauf énorme surprise, les deux textes ne devraient pas être adoptés, car ils ne seront pas votés par les députés du groupe LREM, majoritaires à l'Assemblée Nationale.

C'est l'occasion d'envoyer un message d'alarme au gouvernement sur sa pratique du pouvoir et sur sa politique globale - Ian Boucard, député LR du Territoire de Belfort.

Plusieurs députés de l'opposition dénoncent la fermeture, au bout de seulement deux jours, de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale qui s'intéressait à l'affaire Benalla. "La motion de censure, c'est le seul moyen d'obtenir des réponses de la part du premier ministre" déplore le sénateur PS du Doubs Martial Bourquin.

"De la politique politicienne" pour les députés La République en Marche

Pour le député LREM de la 4e circonscription du Doubs Frédéric Barbier, l'opposition fait de "la politique politicienne". Selon lui, ces motions de censure ne visent qu'à ralentir le rythme des réformes. L'examen de la révision constitutionnelle a en effet été renvoyé à plus tard.

L'UDI ne votera pas

Parmi les élus nord franc-comtois de l'opposition, tous ne voteront pas les motions de censure. Le député UDI de la deuxième circonscription du Territoire de Belfort, Michel Zumkeller, ne votera pas. Il est pourtant généralement un allié des Républicains. Mais sur ce coup là, il ne votera pas avec eux. "L'objectif, ça n'est pas de renverser le gouvernement, mais de permettre aux parlementaires d'enquêter sur l'affaire Benalla" explique l'élu.