Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Ribérac : la tension n'est pas retombée pendant le confinement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

La campagne électorale ne s'est pas apaisée à Ribérac pendant le confinement. Privés de réunions publiques et de distributions de tracts, les trois candidats se sont affrontés sur les réseaux sociaux et même pour la commémoration de la victoire de 1945

Le second tour opposera les mêmes adversaires Nicolas Platon, Patrice Favard et Philippe Chotard
Le second tour opposera les mêmes adversaires Nicolas Platon, Patrice Favard et Philippe Chotard © Radio France - Théotime Roux

Les tensions ne sont pas retombées à Ribérac depuis le premier tour de l’élection municipale. Le maire sortant, le divers-droite Patrice Favard, le socialiste Nicolas Platon, et le divers-centre Philippe Chotard se sont affrontés sur Facebook, également à l'occasion de la commémoration du 8-mai-1945, et même sur leur engagement dans les actions caritatives pendant le confinement. La campagne électorale, confinée mais rallongée, est restée tendue depuis le 15 mars. 

Un tiercé incertain

À Ribérac, le maire sortant Patrice Favard (ancien secrétaire départemental du parti Les Républicains, aujourd'hui divers droite) a obtenu 35,7% des voix au premier tour, derrière le représentant de la gauche qu'il a battu en 2014 ; le socialiste Nicolas Platon est arrivé en tête avec 36,4% des suffrages. Le troisième est Philippe Chotard à 27,9%, c'est sa première candidature comme divers-centre, avec le soutien de l'ancien maire Bernard Cazeau (aujourd'hui sénateur LREM). 

Une campagne toujours tendue 

Parmi les épisodes significatifs de la tension entre les trois candidats, on peut raconter les trois hommages organisés séparément pour la commémoration du 8 mai 45. Vers 10h30 Philippe Chotard a accompagné le sénateur Bernard Cazeau pour son dépôt de gerbe au monument au mort. Vers 11h c'est Nicolas Platon qui est allé rendre hommage à une déportée ribéracoise, accompagné d'une poignée de colistiers, puisqu'il n'était pas invité à la commémoration officielle. Et à 17h le maire Patrice Favard n'était accompagné que de deux représentants des anciens combattants, conformément aux recommandations sanitaires. 

La campagne s'est aussi déroulée sur internet. Pendant le confinement, le socialiste Nicolas Platon a diffusé sur Facebook les offres d'aide du Département, de la Communauté de commune et de la Région pour les entreprises et les particuliers, en précisant "ce sont des collectivités qui me soutiennent." Philippe Chotard a spécialement ouvert un groupe Facebook "agir pour Ribérac contre le coronavirus" pour - dit-il -  "combler un manque d'information." Le maire Patrice Favard répond à cette accusation de manque de d'information en soulignant la création d'un numéro vert municipal, et  d'une page Facebook Ribérac Solidaire pour diffuser les informations pratiques sur la distribution des masques, etc.

Un retour aux lettres de campagnes dans les boîtes à lettre

Pour ce dernier mois de campagne, la distribution des tracts sur les marchés et le porte-à-porte sont interdits. Mais chaque candidat prévoit la distribution d'au moins deux lettres de campagne dans les boîtes à lettres. La campagne sur les réseaux sociaux devrait se poursuivre, même si Patrice Favard jure qu'il "n'a pas le temps de faire campagne.  Je répond seulement aux attaques personnelles sur les réseaux sociaux. L'important  pour moi c'est l'ouverture cette semaine du pôle de santé privé que j'ai soutenu."

A Ribérac comme dans toutes les communes de plus de 1.000 habitant, la liste qui arrivera en tête le soir du 28 juin aura une majorité au Conseil municipal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu