Politique

Municipales 2014 : des candidats FN malgré eux dans le Calvados

Par Louise Delépine et Claire Flochel, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) vendredi 14 mars 2014 à 11:53

Philippe Chapron, secrétaire départemental Front National Calvados.
Philippe Chapron, secrétaire départemental Front National Calvados. © FN

Dans plusieurs communes du Calvados, des habitants sont en lice pour devenir conseillers municipaux FN, malgré eux. C'est le cas notamment à Bayeux et à Giberville, dans la banlieue caennaise. Les têtes de listes frontistes, elles, démentent avoir inscrit leurs colistiers à leur insu.

Ils sont candidats FN aux municipales malgré eux ! Plusieurs habitants du Calvados, à Bayeux et Giberville notamment, se plaignent de se retrouver sur des listes du Front National sans l'avoir voulu. Certains sont même en position éligible.

Méthodes peu conventionnelles

Ces "malgré eux" dénoncent des méthodes de recrutement peu conventionnelles, des pressions même parfois des municipalités sortantes. C'est le cas de Delphine Guillot. Cette habitante de Giberville est 12ème sur la liste Front National de sa commune. Elle assure ne pas savoir qu'elle remplissait un formulaire officiel et veut donc que son nom soit tout bonnement annulé et retiré de la liste.

Delphine, colistière FN "malgré elle" à Giberville.

A Bayeux, c'est toute une famille qui se retrouve sur la liste frontiste : le père, la mère ainsi que leurs deux filles de 22 et 19 ans. Déborah Lelièvre est l'une d'entre-elles et 26ème sur la liste Front National de Serge Michelini. La jeune femme assure avoir été trompée quand le candidat est venu chez elle, juste avant le dépôt des listes.

Déborah, colistière du FN "malgré elle" à Bayeux.

Mais les têtes de listes frontistes démentent avoir inscrit leurs colisitiers sans qu'ils soient au courant. Pour eux, l'inscription était claire, et s'ils n'ont pas compris ce qu'ils signaient, tant pis !

Philippe Chapron, candidat Front National aux municipales à Caen, et secrétaire départemental du FN dans le Calvados dément ces accusations.

Philippe Chapron, FN Calvados : "Nos colistiers ont subi des pressions".