Politique

Municipales 2014 : la vague bleue déferle en Drôme Ardèche, Valence et Privas basculent à droite

Par Germain Treille, Valéry Lombardo et Isabelle Gaudin, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 31 mars 2014 à 4:53

Nicolas Daragon, le nouveau maire UMP de Valence, parmi ses partisans dimanche soir.
Nicolas Daragon, le nouveau maire UMP de Valence, parmi ses partisans dimanche soir. © Radio France

La droite est la grande gagnante de ces municipales en Drôme Ardèche. Les deux plus grosses surprises sont Romans et Bourg-lès-Valence, deux fiefs tenus par la gauche. Les deux villes préfectures, Valence et Privas, basculent elles aussi dans le giron de la droite. Quant au FN, il fait son entrée pour la première fois dans les conseils municipaux ardéchois.

Drôme : la gauche perd Valence et Romans

Valence bascule à droite. La première ville de la Drôme change de maire. Lors du second tour des élections municipales, c'est l'UMP Nicolas Daragon qui l'emporte avec près de 54% des voix devant le maire socialiste sortant Alain Maurice (40%), et le frontiste Richard Fritz (6%).À Romans-sur-Isère , la bascule à droite est une grosse surprise et surtout c'est historique. Une femme, Marie-Hélène Thoraval, sur le fauteuil de maire et qui plus est, dans un bastion tenu par la gauche depuis trente-sept ans.

Marie-Hélène Thoraval met fin à 37 ans de règne de la gauche à Romans-sur-Isère. - Radio France
Marie-Hélène Thoraval met fin à 37 ans de règne de la gauche à Romans-sur-Isère. © Radio France
Autre grosse surprise : Bourg-lès-Valence

La déroute de la majorité ne s'arrête pas là. D'autres villes importantes de la Drôme ont aussi basculé à droite. À commencer par Bourg-lès-Valence et Livron où l'on peut parler de véritable séisme. Pour la première fois de son histoire, Bourg-lès-Valence, quatrième ville du département, sera dirigée par une élue de droite. Marlène Mourier, 52 ans, l'emporte avec 165 voix d'avance sur Wilfried Pailhès. Historique aussi à Livron , en tout cas de mémoire de Livronnais, la ville n'avait jamais été gérée par la droite. Olivier Bernard est le nouveau maire UDI de cette ville de 9.000 habitants. À Pierrelatte , pas de surprise, Marie-Pierre Mouton, candidate divers droite est élue largement avec 60 % des suffrages. Parmi les dix plus grosse villes de la Drôme, deux socialistes seulement ont sauvé leur mairie. Nathalie Niéson, au premier tour dimanche 23 mars, à Bourg-de-Péage et Jean-Michel Catelinois réélu à Saint-Paul-Trois-Châteaux avec + de 53,5% des voix.

La gauche l'emporte aussi à Chabeuil où Pascal Pertusa est réélu. Die et Saint-Donat-sur-L'herbasse restent à droite. À Saint-Donat, Aimé Chaléon est facilement réélue. À Die, le nouveau maire s'appelle Gilbert Trémolet (MoDem) , cet ancien adjoint au maire sortant l'emporte avec douze voix d'avance seulement sur Philippe Leeuwenberg, candidat de l'union de la gauche.

Michel Valla, l'ancien Maire, revient à la mairie de Privas avec 52,54%. - Aucun(e)
Michel Valla, l'ancien Maire, revient à la mairie de Privas avec 52,54%.
Ardèche : Privas passe à droite et le FN fait son entrée dans les conseils municipaux

C'est l'un des enseignements politiques de la soirée, le parti de Marine Le Pen obtient six élus. Un à Privas, deux au Teil et trois à Viviers . L'autre enseignement, et il se confond avec ce qui se passe au niveau national, c'est la victoire de la droite. La gauche ardéchoise se réveille avec la gueule de bois car elle a notamment perdu Privas , la ville-Préfecture que le PS a tenté de sauver tout au long de la semaine dernière. Mais les tractations avec le parti de gauche n'ont pas abouti. Du coup, l'ancien maire divers droite Michel Valla en a profité, il a aussi bénéficié d'une partie des voix du FN pour battre le sortant, Yves Chastan.Lourde défaite également à Bourg-Saint-Andéol , Serge Martinez est balayé par l'UMP Jean-Marc Serre. Scénario identique à Viviers , une gauche divisée et c'est le candidat de droite Christian Lavis qui rafle la mise. Seule éclaircie de la soirée pour les socialistes, la facile réélection d'Olivier Peverelli au Teil .

Deux grandes villes seulement restent à gauche

La défiance vis-à-vis du gouvernement évidemment n'a pas aidé le PS ardéchois et ses alliés.Cela dit, localement, des erreurs de gestion politique, humaine, sont aussi à l'origine de cet échec. Du coup, sur les dix plus grandes villes du département, la gauche n'en gère plus que deux : Annonay et Le Teil. La droite, en phase de reconquête, tient sa revanche, regagne une partie du terrain perdu en 2008. Elle est aujourd'hui aux commandes à Aubenas, Tournon, Saint-Péray, Guilherand-Granges, Vals-les-Bains, La Voulte et donc Bourg-Saint-Andéol et Privas.