Politique

Municipales 2014 : zoom sur Aix-les-Bains

Par Denis Souilla, France Bleu Pays de Savoie jeudi 13 mars 2014 à 6:00

L'Hôtel de Ville et l'Arc Campanus à Aix-les-Bains.
L'Hôtel de Ville et l'Arc Campanus à Aix-les-Bains. © Ville d'Aix-les-Bains.

Quatre candidats se présentent aux municipales à Aix-les-Bains (Savoie) le 23 mars au premier tour. Le maire et député UMP Dominique Dord est candidat pour un troisième mandat. Il y a six ans, il avait été largement élu dès le premier tour face à une gauche aixoise qui n'avait pas réussi à se rassembler. Le scénario se répète cette année à un détail près : une liste FN se présente.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

- Dominique Dord : il est maire depuis 2001 et brigue un troisième mandat, à la tête de la liste "Une ville pour tous". Il a été juriste d'entreprise, est aujourd'hui président de la Communauté d'Agglomération du Lac du Bourget, député UMP depuis 1997, il est favorable au cumul des mandats, un "accélérateur d'efficacité" selon lui. Il évoque clairement sa succession, "la volonté de préparer des relais avec Renaud Beretti" , son premier adjoint en cours de mandat, en 2017. Le programme de l'élu se place clairement dans la continuité : "le patrimoine de la Ville s’est considérablement enrichi à raison de dix millions d’euros investis chaque année" . Pour les impôts locaux, il précise qu'"il n’a jamais augmenté les taux des impôts depuis treize ans. Ni à la Ville, ni à la CALB" .

- Véronique Drapeau : cette infirmière de 55 ans conduit la liste Front national "Aix-les-Bains Bleu Marine". Elle adhère au FN et se présente aux cantonales en 2004 et 2011, aux régionales en 2004, aux législatives en 2006 et 2012. La candidate promet "aucune hausse des taux d’imposition pendant les cinq ans à venir et une baisse progressive des taxes d’habitation et foncière" , une réduction de l'endettement par habitant. Elle propose le "doublement (...) du réseau de vidéosurveillance" et l'"augmentation du parc de logements sociaux à 25%" .

- André Gimenez : le candidat socialiste a 64 ans, né à Aix-les-Bains. Il met en avant ses racines : "fils d’un républicain espagnol persécuté par Franco" . Il  est retraité et a évolué dans l'encadrement sportif. Le programme de sa liste "Aix notre ville" propose d'augmenter les places en crèches, favoriser l'installation d'entreprises, le déploiement du très haut débit "dans les trois ans sur toute la ville" .  Côté sécurité, le PS veut "redéfinir les fonctions de la Police municipale pour assurer une meilleure tranquillité dans les quartiers" . Des "conseillers de quartiers" seront aussi créés pour une meilleure démocratie participative.

- Fabrice Maucci : l'ancien conseiller municipal d'opposition a 40 ans, "divers gauche" , il conduit la liste "Unis et Citoyens pour Aix-les-Bains" soutenue par Europe Écologie-Les Verts, le PCF et Parti de gauche. Géographe, il enseigne en collège et à l'Université de Savoie et met en ligne sur son site sa déclaration de patrimoine. Parmi les dix priorités de la liste : "arrêter la grande braderie du patrimoine communal" , "en finir avec le clientélisme" , "renforcer la sécurité en combinant une présence policière accrue et une prévention « fine » . Le candidat dit vouloir "donner la priorité au logement des ménages modestes et des classes moyennes" .

2. Les points chauds de la campagne

La dette de la CALB bondit. Elle était de douze millions d’euros fin 2013, des candidats évoquent une prévision à seize millions d’euros fin 2014, soit une hausse de 33% en un an. Un patrimoine bradé ? Les opposants au maire évoquent la privatisation du patrimoine communal, notamment les anciens thermes rachetés 1,2 million d’euros.

  1. Les enjeux

Aix-les-Bains gagne des habitants. La commune est aujourd'hui la deuxième ville de Savoie en population derrière Chambéry : 23.451 habitants en 1982, 27.375 en 2006 et 28.585 en 2011, selon l'INSEE.

L'UMP bousculé par le FN ? Aix est un bastion de droite depuis cinquante ans mais le scrutin est incertain cette année. L'UMP Dominique Dord fait face à une liste FN pour la première fois sur la commune depuis 2001. En 2012, l'extrême-droite avait réalisé 12,65% quand Dominique Dord avait réalisé 64,38% aux légistaltives. La même année, Marine Le Pen recueille 2.636 voix, soit 16,34% à la présidentielle.

La gauche mise sur une stratégie risquée. Divisée avec deux listes, l'opposition arrivera-t-elle à bousculer le maire sortant élu en 2008 avec 62,27% dès le premier tour. Y-aura-t-il une union entre deux tours ?La succession de Domnique Dord. Il assure rester au Conseil municipal jusqu'en 2020 mais pas comme maire. En 2017, il veut passer la main à son premier adjoint. Cette posture sera-t-elle comprise par les électeurs ?

Partager sur :