Politique

Municipales 2014 : zoom sur Amiens

Par Eric Turpin, France Bleu Picardie lundi 17 mars 2014 à 6:00

L'hotel de ville d'Amiens dans la Somme
L'hotel de ville d'Amiens dans la Somme © Sebastien Jarry - MaxPPP

Gilles Demailly, le maire socialiste sortant, ne se représente pas. Le socialiste Thierry Bonté brigue sa succession. Mais il trouve sur sa route une solide adversaire à droite Brigitte Fouré. L’abstention et le score du Front National pourrait faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Municipales 2014 - les candidats - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les candidats - infographie © Radio France
 

Thierry Bonté , candidat socialiste, 55 ans, adjoint aux transports. Il est soutenu par Europe Ecologie les Verts, le PC, le MRC, et le PRG. Il brigue la succession du maire socialiste sortant Gilles Demailly qui se ne représente pas après un mandat.

Brigitte Fourré , tête de liste UMP-UDI-Modem, 58 ans. Conseillère municipale. Elle a été la première adjointe de l’ancien maire UDF Gilles de Robien. Pendant cinq ans, elle a été maire par intérim quand il était ministre. Elle a aussi été députée européenne. Alain Gest, le député de la Somme, numéro 2 sur la liste, prendrait la présidence de l’agglomération, Amiens Métropole.

Yves Dupille , candidat du Front National, 57 ans Il est instituteur à l’école Jules Verne d’Amiens. Il a été candidat aux élections législatives à plusieurs reprises sous la bannière du Front National et du MNR, le parti de Bruno Mégret. Il s’était présenté aux municipales à Amiens en 2001. En 2008, le Front National n’avait présenté aucun candidat.

Cédric Maisse , candidat communiste dissident, 41 ans. Il est conseiller municipal communiste sortant. Il avait été élu en 2008 sur la liste du maire sortant Gilles Demailly.

Mohamed Boulafrad , candidat divers gauche. Il est conseiller municipal et conseiller régional depuis 4 ans. Cet ancien boxeur a été exclu du PS par la fédération de la Somme.

Bruno Paléni , candidat Lutte Ouvrière, 51 ans. Il est enseignant

Nicolas Belvalette , tête de liste du Parti sans cible. Cette liste a été montée par un collectif issu du milieu artistique, qui dénonce la fermeture de son local par la mairie, pour raisons de sécurité.

Municipales 2014 - les thèmes - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les thèmes - infographie © Radio France
 

Le tramway : C’est un sujet de polémique dans cette campagne. Brigitte Fourré, la candidate de droite, veut renoncer au projet actuel du tramway. Elle estime que son coût est exorbitant : 200 millions d’euros payés par les Amiénois.

Thierry Bonté répond que le tramway sera financé par la taxe transport des entreprises, des subventions et un emprunt de 130 millions d’euros sur 30 ans. Le candidat socialiste ajoute que le tramway c’est 1.500 à 2.000 emplois pendant les deux années de construction.

L’emploi : Thierry Bonté, le candidat socialiste, veut créer de l’emploi en réalisant des grands projets : tramway, construction de logements, quatrième piscine. Il souhaite développer la filière énergie (éolien et solaire) et le recyclage des déchets sur le pôle industriel nord. Thierry Bonté mise aussi sur le tourisme avec la création de la première zone de loisirs du nord de la France à proximité du stade de la Licorne et de Mégacité. Sans oublier le TGV en centre ville.

C’est un point commun avec son adversaire, Brigitte Fourré. La candidate UDI met l’accent sur l’existant. Elle souhaite accompagner la reprise de Goodyear par Titan et mise sur le développement de Dunlop qui effectue des investissements cette année sur son site de production de pneus. Enfin, Brigitte Fourré souhaite que l’aéroport d’Albert Méault devienne l’aéroport Amiens Albert Méault.

Les impôts locaux : Yves Dupille, le candidat FN, veut les baisser. Il s’engage en tout cas à ce qu’il n’y ait pas de hausse. Brigitte Fouré, la candidate UDI propose un gel de l’augmentation des impôts locaux et une baisse si possible d’ici 4 ou 5 ans. Enfin, Thierry Bonté, le candidat socialiste s’engage à ne pas augmenter les impôts locaux pendant son mandat.

La propreté en ville : Brigitte Fouré prône un retour à deux tournées par semaine pour le ramassage des ordures ménagères. Actuellement, il n’y a qu’une seule tournée. La candidate de droite veut améliorer le recyclage des déchets. Dans son programme, Thierry Bonté n’évoque pas cette question. Le candidat socialiste veut réduire la production et favoriser le tri des déchets ménagers.

La tranquillité publique : Brigitte Fourré Ils s’engagent à renforcer la vidéosurveillance là ou c’est nécessaire. Et créer un carrefour des parents pour favoriser la responsabilité et l’autorité parentale, la médiation et la réussite éducative. Thierry Bonté est d’accord pour déployer la vidéosurveillance mais uniquement dans les lieux où son implantation est utile et efficace. Il veut aussi renforcer la médiation sociale. Yves Dupille, le candidat FN, est sur la même ligne que ses rivaux sur la vidéosurveillance. En revanche, il veut renforcer la police municipale et revoir son organisation.

Municipales 2014 - les enjeux - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les enjeux - infographie © Radio France
 

La ville d’Amiens va-t-elle rester à gauche ou basculer à droite ? Le scrutin semble ouvert et incertain. Après un seul mandat, le socialiste Gilles Demailly a choisi de ne pas se représenter. Il avait ravi le fauteuil de maire au centriste Gilles de Robien après presque 20 ans de règne.

Le socialiste Thierry Bonté et l’UDI Brigitte Fouré se disputent la mairie. C’est un duel gauche droite en apparence classique, dont l’issue dépendra de l’abstention et du score du Front National.

A Amiens, le chômage touche 13% de la population active. C’est au dessus de la moyenne nationale. La récente fermeture de l’usine Goodyear, qui employait près de 1200 salariés, a laissé des traces.

Les électeurs vont-ils s’abstenir de voter ? Vont-ils exprimer leur mauvaise humeur à l’égard de la gauche, comme de la droite, en votant pour le Front National ou pour la liste communiste dissidente ?

Lors de la présidentielle de 2012, Marine Le Pen avait obtenu 16,56% quand François Hollande dépassait les 59% des voix. La même année, lors des élections législatives, le score du FN avoisinait 16% des suffrages. Une triangulaire n'est pas improbable.

Elections municipales de 2008 à Amiens | Create Infographics