Infos

Municipales 2014 : zoom sur Brest

Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel vendredi 21 mars 2014 à 6:00

Les six candidats à Brest
Les six candidats à Brest © Radio France

Ce vendredi 21 mars, France Bleu Breizh Izel décortique les enjeux de la campagne électorale à Brest, en partenariat avec Ouest France. Trois des six candidats au premier tout débattent de 7h40 à 8h, sur le thème des impôts et du chômage : François Cuillandre, Laurent Prunier et Bernadette Malgorn.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

André Cherblanc , de Lutte Ouvrière : "Faire entendre le camp des travailleurs"

François Cuillandre , maire socialiste sortant à la tête d’une liste d’union de la gauche : "Ensemble pour Brest, tenons le cap", soutenue par le PS, PCF, EELV.

Bernadette Malgorn , "Au service de tous les brestois", soutenue par l’UMP, l’UDI, le Modem, France Ecologie et le Mouvement Démocrate.

Quentin Marchand , "Colère de Brest, l’humain d’abord", soutenue par le NPA et le Front de Gauche hors PCF.

Laurent Prunier , candidat UMP-UDI à la tète de la liste "Vous, nous Brest".

Alain Rousseau , à la tête de la liste "Brest Bleu Marine", soutenue par le Front national et le Siel.

Brest. les priorités de Quentin Marchand, André Cherblanc, André Rousseau

 

  1. Les enjeux du débat

L'emploi. Le taux de chômage dans le pays de Brest est de 9,6%. Ce taux est moins important que la moyenne nationale mais le chomâge est en progression. Dans les quartiers populaires, les habitants espèrent une réindustrialisation de la ville. Brest s'est positionnée sur le développement des énergies marines renouvelables. Le polder entre le port de commerce et Océanopolis est en cours d'aménagement. 

**L es impôts.*  A Brest, la taxe d'habitation est relativement élevée. Historiquement,dans toutes les villes reconstruites, c'est un état de fait : les taxes d'habitation ont été définies dans les années 70 sur la base des valeurs locatives. Or, comme à Lorient, les logements brestois étaient à l'époque plus confortables que la moyenne. Par ailleurs, la marine nationale (employeur important à Brest) ne paye pas de taxe professionnelle. A droite, Bernadette Malgorn promet de baisser les taux d'imposition. Laurent Prunier s'engage à réduire de 10% la taxe d'habitation. Le maire socialiste sortant François Cuillandre parle de "modération fiscale* ".

Le tramway . Parmi les grandes décisions qui devront être prises pendant le prochain mandat : la deuxième ligne de tramway. 

Brest. Une deuxième ligne de tram ?

 

  1. L'analyse politique

 

A Brest, la participation est un enjeu majeur. En 2008, au premier tour, la participation était de 53, 05 % seulement. 

Le risque d'une faible mobilisation à gauche est  possible dans un contexte national morose pour le PS. A gauche de la gauche, la liste "Colère de Brest" (soutenue par le NPA et le Front de gauche excepté le PCF), espère passer la barre des 10%, mais elle doit faire face à la concurrence d'une liste Lutte Ouvrière.

En revanche,  la droite devrait mobiliser son électorat. L'enjeu local est celui du leadership à droite. A Paris, la commission nationale d'investiture de l'UMP a en effet refusé de choisir entre Laurent Prunier, chef de l’opposition pendant le dernier mandat, président départemental de l'UMP et Bernadette Malgorn, ancienne préfète et chef de l’opposition au conseil régional.

 

Partager sur :