Politique

Municipales 2014 : zoom sur Calais

Par Eric Turpin, France Bleu Nord vendredi 7 février 2014 à 6:00

L'hôtel de ville de Calais
L'hôtel de ville de Calais © Philippe Turpin - MaxPPP

Natacha Bouchart, maire sortante UMP, brigue un deuxième mandat dans cette ville fortement touchée par le chômage. Face à elle, Yann Capet, une figure montante du PS. Battu en 2008, le maire sortant communiste Jacky Hénin rêve d’une revanche. Le Front National pourrait redistribuer les cartes.

Municipales 2014 - les candidats - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les candidats - infographie © Radio France
 

Natacha Bouchart , maire UMP sortante, sénatrice du Pas de Calais depuis 2011. Elle 50 ans. Elle repart avec Philippe Blet (MRC) qui gardera son fauteuil de président de l’agglomération en cas de réélection. Elle compte sur sa liste beaucoup de personnes issues des quartiers. Elle est soutenue par le Modem-UDI.

Yann Capet , candidat PS. 38 ans, député du Pas-de-Calais et conseiller régional. Il est soutenu par le PRG avec en tête, Antoine Deguines, un avocat de Calais, ancien adjoint à la culture de Natacha Bouchart. Il a aussi le soutien d’Europe Ecologie les Verts.

Jacky Hénin , candidat du Front de Gauche, député européen, 53 ans. Maire de Calais de 2001 à 2008, il est délogé au second tour des municipales, battu de 8 points par l’actuelle maire, Natacha Bouchart. Il veut reconquérir la ville.

Françoise Vernalde , 66 ans, est la candidate du Front National. Elle est conseillère régional du Nord-Pas-de-Calais.

Alexandre Van Kerkhove , 41 ans, ex UDI, conduit une liste sans étiquette : "Calais ¨Passionnément". Il a été conseiller municipal à Calais de 1995 à 2011. Il forme un tandem avec François Dubout , qui sera président de l'agglomération en cas d'élection.

Municipales 2014 - les thèmes - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les thèmes - infographie © Radio France
 

L’emploi : C’est le cheval de bataille de Yann Capet et de Jacky Hénin. Le chômage atteint 30% dans la ville de Calais. Il dépasse 17% dans le bassin d’emploi. Il était de 14% en 2008. Un maire n’est évidemment pas responsable des difficultés que peuvent traverser les entreprises et les suppressions d’emploi comme à SeaFrance. Mais les deux candidats de gauche dénoncent l’absence de stratégie économique. Natacha Bouchart se défend. Il y a eu des pertes d’emplois mais 1500 nouveaux emplois ont aussi été créés en six ans. Des efforts ont été entrepris pour renforcer l’attractivité de la ville. 

La sécurité : Natacha Bouchart veut installer plus de caméras de vidéo surveillance dans la ville de Calais, un outil utile pour lutter contre la délinquance. Ca existe depuis peu dans le quartier Calais Nord. Elle veut équiper d’autres quartiers, en particulier le front de mer, où les commerçants se plaignent de l’insécurité. Ses adversaires y sont plutôt favorables. Toutefois, Jacky Hénin ne veut pas que la ville de Calais devienne Big-Brother. Yann Capet souhaite une politique globale de sécurité. Natacha Bouchart, la maire sortante UMP veut augmenter les effectifs de la police municipale. Même chose pour le socialiste Yann Capet. 

Municipales 2014 - les enjeux - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les enjeux - infographie © Radio France
 

La ville de Calais a été gérée par les communistes pendant 30 ans avant de basculer à droite en 2008. 

Natacha Bouchart a été élue grâce à une liste d’ouverture, composée de centristes et d’une partie de la gauche, qui voulait empêcher Jacky Hénin de retrouver son fauteuil.

A l’époque, le Front National avait aussi appelé à faire barrage au maire communiste sortant. La candidate UMP renouvelle cette liste d’ouverture. Mais c’est sans le PRG. Antoine Deguines, son chef de file, ancien adjoint à la culture de Natacha Bouchart, a rallié le candidat socialiste.

Il y a une vraie dynamique à gauche avec une figure montante dans la région. Yann Capet, 31 ans, est devenu en quatre ans conseiller régional (2010), puis député du Pas-de-Calais (2012).

Le Front National peut jouer aussi les trouble-fêtes à droite. Lors des élections municipales de 2008, le candidat FN avait dépassé 12%. Un score qui a doublé lors de la présidentielle de 2012. Marine Le Pen a obtenu 25,74% des voix. Elle était arrivée en deuxième position devant Nicolas Sarkozy. Une triangulaire est donc probable.

Elections municipales de 2008 à Calais | Create Infographics

Partager sur :