Politique

Municipales 2014 : zoom sur Landerneau

France Bleu Breizh Izel lundi 10 mars 2014 à 6:00

.
. © Radio France

A Landerneau, quatre listes sont candidates aux élections municipales. L'habitat et notamment le logement social, est un enjeu de cette campagne. Sur 15.000 habitants, 70% sont susceptibles de prétendre à un logement social. Le taux de chômage à Landerneau est de 9%, contre 8,7% pour la région.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

Yannick Hervé, 51 ans, tête de liste "Landerneau à gauche", il est militant au Front de gauche.

Pascal Inizan, 52 ans, tête de liste PS "Landerneautrement". C'est une liste soutenue par le Parti radical de gauche, le Parti communiste, Génération Ecologie et l’UDB. 

Patrick Leclerc, 44 ans, maire sortant de centre droit, sans étiquette, il brigue un deuxième mandat à la tête d'une liste "Landerneau, avenir et ambition" (L2A). Cette année, sa liste est renouvelée aux deux-tiers. 

Frédéric Le Saout, 33 ans, à la tête d'une liste "Dynamique d'avenir", qui rassemble le Parti de gauche et Europe Ecologie - Les Verts.

Le paysage politique à Landerneau

  1. Les enjeux

Le logement social . A Landerneau, 70% des habitants sont susceptibles de prétendre à un logement HLM. Le logement social représente 16% de l'offre locative. C'est en dessous du quota de 20% imposé par le loi SRU. 

L'habitat . Landerneau dispose de peu de réserves foncières et le maire sortant veut éviter l'étalement pavillonnaire et préfère un urbanisme qui évite trop de déplacements. Or, de nombreux Landernéens souhaitent vivre en pavillon.

L'habitat et le logement social sont des enjeux de la campagne à Landerneau

  1. L'analyse politique

Il y a 6 ans, Patrick Leclerc avait ravi la mairie au socialiste Jean-Pierre Thomin qui y était depuis 1989. Le maire sortant de centre droit est vice-président de la Communauté de communes en charge du développement économique. Il refuse de passer pour le libéral dont l’accuse les trois listes de gauche. 

Et à gauche, avec trois listes présentes au 1er tour, c'est la dispersion. Ce qui pourrait profiter au maire sortant. 

Partager sur :