Politique

Municipales 2014 : zoom sur Lille

Par Eric Turpin, France Bleu Nord jeudi 20 mars 2014 à 6:00

L'hotel de ville de Lille
L'hotel de ville de Lille © Pierre Le Masson - MaxPPP

Martine Aubry, la maire socialiste sortante, brigue un troisième et dernier mandat à la tête de ville qui lui semble acquise. Lille est un bastion de la gauche. Même si son bilan est critiqué par ses adversaires, elle ne semble pas avoir trop d’inquiétude à se faire. Le Front National est historiquement bas à Lille. Mais l’abstention pourrait peser sur le scrutin.

Municipales 2014 - les candidats - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les candidats - infographie © Radio France
 

Martine Aubry , candidate PS. 64 ans. Elle est soutenue par le PRG et le MRC. Elle est maire de Lille depuis 2001. Elle a été ministre du Travail et de l’Emploi de 1991 à 1993, puis ministre de l’Emploi et de la Solidarité de 1997 à 2000, période pendant laquelle elle a mis en œuvre la réforme des 35h. Elue première secrétaire du PS en 2008, elle est candidate à la primaire socialiste de 2011. Elle perd au second tour face à François Hollande et quitte la tête du PS l’année suivante.

Jean-René Lecerf , candidat UMP-UDI-Modem. 62 ans. Il est sénateur du Nord depuis 2001. Il est aussi conseiller général depuis 1988 et ex chef de file de l’opposition au conseil général du Nord. Jean René Lecerf a été maire de Marcq-en-Barœul de 1994 à 2008. Il a enseigné le droit public à la faculté de droit de Lille pendant près de 20 ans.

Hugo Vandamme , candidat du Front de Gauche. 34 ans. Il est conseiller municipal délégué sur les questions d’emploi et d’insertion et responsable de la section de Lille du Front de Gauche.

Lise Daleux , candidate Europe Ecologie Les Verts. 54 ans, assistante sociale. Elle est adjointe au maire chargée de la petite enfance. Les écologistes font toujours liste à part au premier tour des élections municipales. Ils envisagent de fusionner au second tour avec Martine Aubry.

Jacques Mutez , candidat sans étiquette, 67 ans. Il est adjoint au commerce depuis 1995. Membre du Parti Radical de gauche depuis 32 ans, il a été exclu par ses instances pour avoir lancé sa propre liste sans étiquette. Il reproche à Martine Aubry une gestion autoritaire de la ville.

Nicole Baudrin , candidate Lutte Ouvrière. 62 ans, sage femme à la retraite. Elle conduit une liste Lutte Ouvière pour la troisième fois consécutive aux élections municipales à Lille. Elle a été conseillère régionale de 1998 à 2004.

Alessandro di Giuseppe , candidat de « l’Eglise de la Très Sainte Consommation ». 36 ans. Ce comédien activiste, ancien critique de cinéma, joue sur la dérision et l’humour pour dénoncer la société de consommation et ses excès. Alessandro di Giuseppe s’était présenté aux élections législatives de 2012. Il avait recueilli 1,3% des suffrages.

[Eric Dillies ]( http://www.fnlillemetropole.com/), candidat du Front National, 47 ans. Il a déjà été candidat en 2008. Il est conseiller régionale du Nord depuis 2011, secrétaire du FN dans le Nord. Il vise une triangulaire au second tour à Lille.

Jan Pauwels , candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, le parti d’Olivier Besancenot. Il a 36 ans. Il est infirmier psychiatrique. Il a déjà été candidat à la mairie de Lille en 2008, aux élections européennes de 2009 et législatives de 2012.

Municipales 2014 - les thèmes - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les thèmes - infographie © Radio France
 

L’emploi : Martine Aubry prévoit la création de 15.000 emplois d’ici 2020 alors que le chômage est élevé à Lille. Jean-René Lecerf, le candidat UMP-UDI-Modem défend son projet d’Euraquartier qui vise à attirer des entreprises pour donner du travail aux habitants des quartiers. Il souhaite attirer de grandes entreprises comme Toyota et Amazon et promouvoir les services à la personne. Hugo Vandamme veut défendre les petites entreprises, favoriser l’installation d’agriculteurs et soutenir la création de coopératives. Lise Daleux, la candidate EELV, mise sur le développement de l’économie sociale notamment les services à la personne.

Le logement : Martine Aubry veut construire 10.000 nouveaux logements d’ici 2020, dont 30% de logements sociaux. Même chiffre pour Lise Daleux, la candidate EELVPour Hugo Vandamme, le candidat du Front de Gauche, c’est insuffisant. Il propose 40% de logements sociaux dans les futurs projets d’aménagement urbain. Il prévoit de mettre en demeure les propriétaires qui ne louent pas et réquisitionner les logements vides. Jean René Lecerf prévoit de construire ou rénover 20.000 logements pendant les six prochaines années.

L’éducation : Martine Aubry n’a pas encore tranché sur les rythmes scolaires. Mais la maire socialiste sortante semble préférer la demi-journée supplémentaire le samedi matin. Une consultation sera lancée en avril. Décision avant l'été. Jean-René Lecerf, le candidat de droite préfère le mercredi matin. Hugo Vandamme veillera à la gratuité de toutes les activités périscolaires.

La sécurité : Martine Aubry souhaite encore renforcer la police nationale. 197 policiers sont arrivés à Lille depuis septembre. Insuffisant. Elle a demandé au ministre de l’intérieur, Manuel Valls, de nouvelles affections. De son côté, Jean-René Lecerf, le candidat UMP-UDI-Modem veut doubler le nombre de policiers municipaux et les armer, sans oublier la vidéosurveillance. Eric Dillies, le candidat du FN, veut lui aussi armer les policiers municipaux et tripler les effectifs.

Les transports : Hugo Vandamme souhaite à terme la gratuité pour tous des transports en commun et geler l’augmentation des prix du stationnement. Jean René Lecerf propose la gratuité du stationnement à Lille entre 12h et 14h pour favoriser le commerce et mettre en place un tarif plus attractif pour le stationnement de courte durée. Il souhaite la prise en charge du transport des lycéens par Lille Métropole. Lise Daleux, la candidate EELV veut de nouvelles voies réservées aux bus, plus de pistes cyclables et la piétonisation de la Grand Place.

Municipales 2014 - les enjeux - infographie - Radio France
Municipales 2014 - les enjeux - infographie © Radio France
 

A Lille, Martine Aubry ne semble pas avoir trop de soucis à se faire. Elle devrait retrouver son fauteuil de maire pour un troisième et dernier mandat. En 2008, la maire PS avait recueilli 66,56% des voix au second tour des élections municipales contre 33,44% à son adversaire de droite, Sébastien Huyghe. Il n’est pas certain que cette fois, Martine Aubry parvienne à un tel score. L’élection sera probablement plus serrée.

Le Front National, bien que historiquement bas dans la capitale de Flandres, a tout de même été au second tour des municipales en 1995 et en 2001. Et il progresse. En 2008, Eric Dillies, le candidat FN avait obtenu 5,61% des suffrages. Quatre ans plus tard, Marine Le Pen a totalisé 13,40% lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Ce qui peut le plus gêner Martine Aubry, c’est l’abstention. Lors des élections municipales de 2008, moins d’un électeur sur deux s’était déplacé pour voter. L’impopularité de François Hollande et du gouvernement peut-elle peser ? Martine Aubry a pris soin de ne pas s’exprimer sur le plan national pour se préserver.

Reste que la courbe du chômage n’est pas inversée. Et cela reste la première préoccupation. A Lille, il touche 17,3% de la population active (source Insee, 2010), soit presque le double de la moyenne nationale. Entre 2000 et 2011, le chômage a augmenté de 11,56%.

Malgré tout, Martine Aubry se dit sereine. Sûre de sa victoire, elle a refusé tout débat avec ses adversaires et en particulier avec Jean René Lecerf, le candidat UMP-UDI-Modem.

Elections municipales de 2008 à Lille | Create Infographics

Partager sur :