Politique

Municipales 2014 : zoom sur Longvic

Par Denis Souilla, France Bleu Bourgogne mercredi 19 mars 2014 à 10:35

Longvic mairie
Longvic mairie © Ville de Longvic

La commune est gérée par la gauche depuis 1995, avec Claude Etiévant puis Claude Darciaux. L'ex-députée PS a décidé de passer la main sur la commune à son premier adjoint : José Almeida. Face à lui, deux listes à droite : Philippe Morel, chef de file de l'opposition municipale, et Michel Roussel (divers droite). À aucun moment ces dernières années, la gauche n'a été mise en danger sur la commune.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

- José Almeida : le candidat PS prend la suite de Claude Darciaux, la maire -et ancienne députée- gère la commune depuis 1995. Il est actuellement premier adjoint à Longvic et assume le bilan de l'équipe sortante : "maîtrise des finances" , avec une "dette par habitant à 388 euros contre une moyenne de 881 euros pour les communes de même importance". Depuis 2008, "plus de 21 millions d’euros ont ainsi été investis par la Ville" déclare le candidat : un éco-quartier est annoncé sur les Rives du Bief, comme le gymnase Véronique Pecqueux-Rolland ou la réhabilitation de l’école élémentaire Léon-Blum. José Almeida propose "la gratuité des fournitures scolaires" en école élémentaire. La Place centrale sera rénovée pour "accueillir le marché du dimanche" . Il est proposé le "recrutement d’un policier municipal supplémentaire, pour davantage de présence et de patrouilles dans les quartiers" et de nouvelles caméras "au centre-ville, aux Carmélites et route de Dijon" .

- Jean-Philippe Morel : cet avocat longvicien se présente comme le "leader de l'opposition municipale" , membre du Parti radical valoisien, sa liste "Longvic s'éveille" est soutenue par l'UMP-UDI-MoDem. Dans [son annonce de candidature]( En mars 2014, auront lieu les élections municipales. Je suis candidat à la Mairie de Longvic. Je souhaite construire l’avenir de notre ville en rassemblant les Longviciens de tous âges et de tous quartiers, sans esprit partisan. Je veillerai à la qualité de vie de chacun, au traitement égal de chaque quartier de la commune, à l’amélioration de l’image et de l’attractivité de la ville, à la maîtrise des dépenses. UN PROJET D’AVENIR : DES PRIORITES ! Il nous faudra définir des priorités qui devront tenir compte d’un engagement : Ne pas augmenter les impôts locaux communaux. L’actuelle municipalité socialiste et le gouvernement augmente chaque année massivement les impôts et les taxes. La commune devra elle vous protéger et vous redonner du pouvoir d’achat ! UNE METHODE DE TRAVAIL POUR NOTRE PROJET MUNICIPAL Nous écrirons avec vous et pour vous notre projet pour LONGVIC. Une consultation sera lancée pour vous proposer un programme participatif qui réponde à vos attentes. UNE EQUIPE REPRESENTATIVE DE NOTRE VILLE Je solliciterai votre confiance avec une équipe constituée de femmes et d’hommes compétents et représentatifs des réalités de notre ville qui veulent le changement car la commune en a réellement), il explique veiller "à l’amélioration de l’image et à l’attractivité de la ville, à la maîtrise des dépenses" , il s'engage à "ne pas augmenter les impôts locaux" et propose "un audit du coût des différentes politiques pour juger de leur efficacité" . Le programme d'union de la droite est décliné en neuf grands thèmes ("emploi", "image de la ville", "avenir de la commune", "urbanisme", "transport", "sécurité", ...). Il évoque "une Maison de la Zone Industrielle" et le "développement du haut débit" . Dans le chapitre sécurité, on apprend que "la police municipale travaillera jusqu’à 22 heures pour garantir la sécurité des personnes et des biens" . Enfin, concernant l'avenir de la BA 102 :"c'est catastrophique pour la commune parce qu'on va avoir tout un quartier militaire qui va se dépeupler. (...) On n'a pas besoin d'un nouveau quartier sensible à Longvic" , déclarait le candidat sur France Bleu Bourgogne.

- Michel Roussel : le candidat divers-droite a été conseiller général RPR dans les années 1990 et considère que la droite ne "peut pas gagner avec Jean-Philippe Morel" . Sa liste "Avançons avec vous" n'a pas été investie par l'UMP mais on retrouve à ses côtés Martine Deriot, actuelle conseillère municipale d’opposition. Le candidat veut défendre le tissu économique de la commune : "on a de grosses entreprises qui sont délocalisables et aujourd'hui ce que je chercherais à faire c'est de plutôt miser sur l'artisanat, des initiatives qui s'implantent, de petites usines artisanales, et Beauregard (une extension de quatre-vingts hectares de la Z.I., ndlr) c'est un beau projet" . Il ajoute vouloir "renforcer et développer la maison de l’emploi existante" et "préparer Longvic à recevoir une extension du Tram" . Dans son programme, il réclame plus de présence policière et de caméras vidéo, la rénovation de l'habitat existant plutôt que la construction de nouveaux logements sociaux.

  1. Les points chauds de la campagne

La BA 102. Longvic est la septième commune de Côte-d'or, elle comptait 9.359 habitants en 2007, 9.332 en 2009, 9.175 en 2011 selon l'INSEE. Parmi ceux-ci : 7.000 emplois sur la Base aérienne 102 Capitaine-Guynemer. La BA 102 a fêté son centenaire, véritable cœur économique de la commune, elle est aujourd'hui clairement menacée. Après le départ des Mirages 2000-5 en 2011, le Ministère de la Défense a annoncé en octobre 2013 le départ des Alpha-Jet. L’enjeu est désormais le maintien de l’état-major.

La zone industrielle, l'emploi. La commune compte quelques quatre-cents entreprise locales en grande partie installées dans la zone industrielle, la plus importante de Côte-d'or après celle de Cap-Nord. Plusieurs entreprises (Mory-Ducros, TRW) ont été menacées ces derniers mois, menaçant par la même des centaines d'emplois.

  1. Les enjeux

La gauche est ancrée. Deux certitudes : la commune aura un nouveau maire et ce sera un homme. Sera-t-il de droite ou de gauche ? En 2008, parmi les deux listes, le résulat sans appel était connu dès le premier tour : 60,21% des voix pour Claude Darciaux (PS) contre 39,79% pour Jean-Philippe Morel (Parti radical). En 2012, Longvic choisit François Hollande à 54,91%. Aux législatives, Kheira Bouziane (PS) l'emporte avec 53,06% face à Jean-Philippe Morel qui recueille 228 voix, en quatrième position, avec 8,89% des voix. Il n'existe pas d'autre liste à gauche, un éparpillement des voix est donc peu probable. Une incertitude cependant : quelle pourrait être la conséquence -locale- de l'impopularité du chef l'Etat et du Gouvernement ?