Politique

Municipales 2014 : zoom sur Poitiers

France Bleu Poitou jeudi 27 février 2014 à 12:21

Hôtel de ville de Poitiers
Hôtel de ville de Poitiers © Mairie de Poitiers/Daniel Proux

Administrée depuis 1977 par le Parti socialiste, Poitiers devrait rester entre les mains d’Alain Claeys, élu maire en 2008 dès le premier tour. Mais cette fois, la victoire devrait être moins franche. A gauche, la majorité PS/PC/EELV est aujourd’hui divisée. A droite, il y a désunion. Et pour la première fois dans l’histoire de Poitiers, il y aura une liste Front national.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

Alain Claeys, maire sortant, à la tête de la liste "Poitiers tout simplement", soutenue par le Parti socialiste . Il a été élu maire en 2008 dès le premier tour à la tête d’une liste d’union PS-PC-Les Verts. 

Jacqueline Daigre, à la tête d'une liste soutenue par l'UMP et l'UDI . Candidate aux élections légtislatives de 2007 et 2012, elle souhaite monter un événement culturel d’envergure à Poitiers. A l’instar d’Angoulême et son festival de BD ou La Rochelle et les Francos, Jacqueline Daigre souhaite pour Poitiers un événement culturel autour de la lumière. 

Eric Duboc, à la tête de la liste "Notre parti, c'est Poitiers", est un UDI dissident . Ancien député, sa liste est soutenue par le Modem local. 

Christiane Fraysse, à la tête de la liste "Osons Poitiers", soutenue par Europe Ecologie - Les Verts, le Front de Gauche et le NPA . Adjointe au maire en charge de l’environnement et des espaces verts, Christiane Fraysse est en conflit avec Alain Claeys sur de nombreux dossiers, et notamment le futur viaduc Léon-Blum ou l’extension des Arènes. 

Alain Verdin, à la tête de la liste "Rassemblement Bleu marine", soutenue par le Front national . C'est la première fois qu'une liste FN sera présente au scrutin municipal. Elle sera donc conduite par le président départemental du parti.

  1. Les sujets chauds

Les transports et la circulation en ville. Alain Claeys a rendu le centre ville aux piétons. Les commerçants s'en plaignent et de nombreux Poitevins désertent le coeur de ville.

La détérioration de la vie sociale dans certains quartiers touchés par le chômage des jeunes et les inégalités.

La vente de l’ancien théâtre à un promoteur privé. La gauche et Les Verts en font clairement un thème de campagne et dénoncent un manque de transparence du maire dans cette opération immobilière.

  1. L'analyse politique

Si le maire sortant a de fortes chances d'être reconduit à la tête de la ville pour un deuxième mandat, ce ne sera probablement pas dès le premier tour, comme en 2008. Avec deux listes, la droite est désunie, et cette fois, Alain Claeys conduit une liste purement socialiste, sans le soutien de toute la gauche. EELV, le Front de Gauche et le NPA pourraient faire entendre leurs voix entre les deux tours.