Politique

Municipales 2014 : zoom sur Redon

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique mercredi 19 mars 2014 à 6:00

Quatre listes briguent la mairie de Redon
Quatre listes briguent la mairie de Redon © Capture d'écran Google SV

Sous le feu des projecteurs ces dernières semaines à causes des inondations, la ville de Redon, 9.500 habitants, va changer de maire. Vincent Bourguet (UDI) raccroche après un mandat. Quatre candidats sont en lice pour lui succéder, dont l’un de ses adjoints.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

Pascal Duchêne ,  48 ans. Comme Vincent Bourguet, il enseigne la philosophie. Il conduit la liste "Vivre et Réussir Redon", avec 12 candidats de l’équipe sortante. Il s'agit d'une liste sans étiquette mais de sensibilité de centre-droit. Elu municipal depuis 2001, il est actuellement 2e adjoint au maire.

François Gérard , 59 ans. Il est référent pour la scolarisation des élèves en situation de handicap pour l’académie de Nantes. Conseiller d’opposition et candidat déclaré depuis octobre 2013, il conduit une liste sans étiquette "Rassemblement pour le renouveau de Redon". François Gérard est au Parti socialiste, mais il l’assure : "Ma liste n’est pas une liste de parti. "

Jean-François Lugué , 50 ans. Il est enseignant et habite Redon depuis 20 ans. Cet adhérent à l’UDB est conseiller municipal d’opposition depuis 2008. Il présente une liste "Redon, ville solidaire, ville ouverte" sans étiquette mais de sensibilité de gauche. 

Françoise Routier , 48 ans. Elle est conseillère à l’emploi et travaille depuis sept ans à Redon. Elle n’a jamais fait de politique avant cette élection. Elle s’est lancée "pour trouver du travail aux jeunes que j’accompagne" dit-elle. Elle est à la tête de la liste sans étiquette "Redon ville participative" sur laquelle elle a rassemblé plusieurs chefs d’entreprise.

  1. Les sujets chauds

Les inondations . C’est LE sujet de cette campagne avec les récents événements. Les candidats sont tous d’accord pour trouver un moyen de maintenir un axe routier avec le Morbihan lors des fortes crues. Que faut-il faire : surélever la route? Mettre une digue? Françoise Routier n’exclut pas de faire déménager les habitants du secteur s’il le faut. Tous sont en tout cas d’accord pour dire qu’ils remueront ciel et terre pour faire avancer le dossier.

L’emploi . Le taux de chômage atteint 17% à Redon. 10% dans le bassin redonnais au dernier trimestre 2013 (derniers chiffres disponibles). La ville n’est pas suffisamment attractive pour les entreprises. Il faut renforcer l’emploi industriel disent la majorité des candidats.

Le logement . La ville manque de logement social adapté et moderne. Les candidats s’accordent à dire qu’il faut mieux les répartir sur la ville et rénover le parc privé.

L’attractivité du centre-ville . Aujourd’hui, le cœur de ville de Redon est en train de mourir. Les petits commerces ont du mal à survivre. Le centre ville a pourtant des atouts à mettre en avant, son patrimoine, un port à rénover, une gare TGV. La friche Garnier au sud de l’île de Redon doit être réhabilitée.

  1. L'analyse politique

Le scrutin est ouvert à Redon. Tous les candidats se présentent pour la première fois. Pascal Duchêne tente de prendre la succession d’un maire apprécié de son équipe mais peu connu de ses administrés.

François Gérard n’affiche pas clairement sa couleur politique mais lors de la dernière élection, il ne manquait que 48 voix à la gauche pour aller au 2nd tour.

Reste deux incertitudes : combien d’électeurs l’UDB Jean-François Lugué va-t-il syphonner à François Gérard et quel sera le score de Françoise Routier, novice en politique que les Redonnais ne connaissent pas du tout.

 

Partager sur :