Infos

Municipales 2014 : zoom sur Romans-sur-Isère

Par Denis Souilla, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 25 février 2014 à 6:00

philippe drésin romans sur isère
philippe drésin romans sur isère © Ville de Romans / Joël Garnier

Philippe Drésin, le maire PS de Romans-sur-Isère, est candidat à sa succession. Face à lui, il trouve trois candidats : le candidat Front national et deux autres qui se réclament de l'union de la droite et du centre. L'une a obtenu l'investiture UMP, l'autre non, mais elle est mieux implantée à Romans.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

- Philippe Drésin : le maire PS sortant a 46 ans. Il a été élu le 9 juillet 2012 suite à la démission d'Henri Bertholet. Il conduit la liste "Romans plus fort". Dans son programme, il évoque "une navette de centre-ville" et un réaménagement du quartier Saint-Nicolas. Pour la sécurité, "des caméras de vidéo-protection" et "des effectifs de police municipale renforcés et adaptés aux besoins" . La fiscalité locale sera "maîtrisée" , "le service de l’eau remunicipalisé" .

- Bernard Pinet : conseiller municipal Front national depuis 1990, conseiller régional  depuis 1998, il conduit la liste "Romans Bleu Marine". Dans son programme, il envisage de "baisser les impôts locaux, refuser toute subvention à des organisations ou des projets communautaristes, consulter la population par référendum, organiser une véritable police municipale".

- Gisèle Telmon : la candidate a 64 ans, est conseillère municipale à Bourg-de-Péage depuis 25 ans et conduira une liste investie par l'UMP-UDI-Modem-CNI. Sur son site, elle parle d'un "impératif de sécurité" et dit vouloir "lutter contre toutes les formes d’incivilités, sans impunité" . Selon elle, "le problème d’insécurité s’est transformé en un problème économique (pour les commerçants). Moins de clients signifient moins de chiffre d’affaires (...)". - Marie-Hélène Thoraval **** : candidate divers droite âgée de 47 ans, chef de file de l'opposition locale et ancienne députée, elle a quitté l'UMP en juillet 2013. Elle s'est distinguée en faisant campagne en 2CV dans les rues de Romans. Déjà candidate en 2008, elle avait été battue à l'époque de 61 voix. Elle s'incline aussi lors des législatives en 2012 face à Nathalie Nieson. Elle considère "une véritable opportunité offerte aux électeurs de Romans que de pouvoir s’affranchir de toutes les querelles «politicardes» (...), dégagée des turpitudes partisanes".

  1. Les points chauds de la campagne

- La sécurité : cela reste un sujet sensible avec un fort sentiment d'insécurité, même si les chiffres n'augmentent pas plus qu'à Montélimar par exemple, ville drômoise de taille similaire. Tous les candidats sont favorables à l'installation de caméras de vidéo-protection. Le maire sortant a d'ailleurs lancé une étude de faisabilité pour en installer. Il pourrait y en avoir entre 40 et 60 d'ici 2015. Certains Romanais y sont hostiles, le 4 février, des tracts anonymes ont été distribués dans des boîtes aux lettres pour dénoncer ce projet.

- L'aménagement de la ville :  la municipalité a modifié le plan de circulation. Plusieurs rues importantes sont passées à sens unique pour en faire un anneau de circulation autour du centre-ville. Cet aménagement est contesté par les trois autres candidats. Ils remettent également en cause le futur projet de transformation des boulevards. 

  1. Les enjeux

Partager sur :