Politique

Municipales 2014 : zoom sur Saint-Lô

Par Bénédicte Courret, France Bleu Cotentin jeudi 6 mars 2014 à 18:00

Mairie de Saint-Lô (Capture d'écran Google Map).
Mairie de Saint-Lô (Capture d'écran Google Map). © Radio France

À Saint-Lô, cinq listes se présentent au premier tour des municipales le 23 mars. Le maire sortant UMP, élu depuis 19 ans, François Digard, ne se représente pas.

  1. Les candidats déclarés (par ordre alphabétique)

Pascal Baisnée : DVD. Pascal Baisnée n'a pas sa carte à l'UMP mais il a été investi par les militants du parti. C'est le candidat du maire sortant François Digard. Issu de la société civile, cet entrepreneur de 54 ans a déjà créé avec succès plusieurs sociétés. Il s'est notamment illustré récemment en revendant sa société Mobiky au fabricant de vélo électrique Eurobike. Ce fabricant doit installer à Saint-Lô son usine de vélomoteur Solex.

François Brière : DVD. Conseiller général, il est en rupture avec l'actuelle majorité. En 3e position sur sa liste on trouve le chanteur (ex de la Star Academy) Mathieu Johann.

Christine Le Coz : PS-EELV. Conseillère générale, infirmière à l'hôpital Mémorial de Saint-Lô, elle s'était présentée aux législatives en 2012 face au sortant UMP Philippe Gosselin et elle avait récolté 47,5% des voix au second tour.

Jacques Jourdan : Front de Gauche. Militant communiste, il est aussi le contrebassiste du groupe français Mes souliers sont rouges. Il plaide notamment pour la gratuité des transports publics à Saint-Lô.

Ludovic Turpin : DVD. Avec Nathalie Liégeard. Ex-conseillers municipaux de la majorité de François Digard, le duo constitue une liste faute d'être convaincu par la candidature de Pascal Baisnée, héritier désigné par François Digard.

  1. Les sujets chauds

Emploi : Entre Caen, Rennes et Cherbourg : difficile pour la préfecture de la Manche de tirer son épingle du jeu. Saint-Lô croit cependant à sa place de ville à la croisée des chemins en Basse-Normandie. Un projet de technopôle est porté par l'agglomération du pays saint-lois. L'ambition affichée des élus est de créer 7.000 emplois d'ici 20 ans et de faire passer la population de l'agglomération de 75.000 à 90.000 habitants.

Santé : Avec 1.200 salariés, c'est le premier employeur de la ville, l'hôpital Mémorial de Saint-Lô est en proie à de graves difficultés financières. Mi-janvier, l'annonce du non-renouvellement d'une centaine de contrats à durée déterminée a suscité un mouvement de grève des personnels. Le déficit de l’établissement avoisinerait les 4,5 millions d’euros fin 2013.

Image : Un chantier de coloration des façades des habitations et des commerces est lancé depuis 2010. Avec ces façades ocres ou pastels, l'objectif est de changer l'image un peu grise de la ville de Saint-Lô reconstruite presque entièrement après la Seconde guerre mondiale.

  1. Les enjeux

Le maire UMP de Saint-Lô, François Digard, ne se représente pas à la tête de la ville-préfecture de la Manche après 19 ans de mandat. Il vise cependant le mandat de président de la toute nouvelle communauté d'agglo de Saint-Lô (73 communes et 70.000 habitants). En 2008, François Digard avait été élu dès le 1er tour avec 54% des voix. Cette fois-ci, la droite est très divisée avec trois listes concurrentes.

 

Partager sur :