Politique

Municipales 2014 : zoom sur Saint-Malo

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique lundi 3 mars 2014 à 16:45

René Couanau candidat
René Couanau candidat © Radio France

La cité corsaire est dirigée depuis 1989 par René Couanau, homme de droite. A 77 ans, le maire repart pour un cinquième mandat. Face à lui, le maire sortant affronte quatre candidats dont l'un de ses anciens adjoints et un ex-directeur des services techniques de l'agglomération.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

 

René Couanau, maire sortant. A 77 ans, il est à la tête d'une liste de rassemblement à droite "Saint-Malo Gagnant" . Elu à Saint-Malo depuis1989, il brigue un 5e mandat . Ancien inspecteur général de l'administration de l'éducation nationale, il a aussi été député entre 1986 et 2012. En 2011, René Couanau a claqué la porte de l'UMP après de nombreux désaccords avec la politique du gouvernement.

Alain Guillard. A 56 ans, cet ingénieur a été directeur technique de Saint-Malo Agglomération entre 2002 et 2013 . Militant au parti de gauche, il est à la tête de la liste "Osons Franchement à Gauche" qui rassemble PCF, NPA et Parti de Gauche.

Stépane Perrin a 35 ans. Il est enseignant à l'université et en classes préparatoires et conseiller municipal d'opposition depuis 2008 . Il mène la liste "Saint-Malo, l'avenir ensemble" qui rassemble le PRG (son parti), le PS, Europe Ecologie les Verts et l'UDB.

Claude Renoult. 65 ans. Ancien cadre chez EDF, il est désormais à la retraite. En 2008, Claude Renoult a rejoint René Couanau comme adjoint chargé des grands projets, du développement durable et des affaires maritimes mais un différend a séparé les deux hommes en 2013. Claude Renoult est à la tête d'une liste sans étiquette "Saint-Malo, le renouveau".

Jean-Louis Robin a 62 ans. Cadre dans l'industrie pharmaceutique, il est désormais à la retraite. Conseiller municipal à Saint-André-les-eaux il conduit la liste "Rassemblement Bleu Marine".

MUN saint-malo enro 1

MUN saint-malo enro 2

  1. Les sujets chauds

 

L'emploi. En février 2013, le taux de chômage était de 12,8% à Saint-Malo, contre 8,7% dans la région. Les jeunes sont particulièrement touchés. Les candidats sont tous d'accord pour dire qu'il faut aider les entreprises à s'installer, mais tous n'ont pas la même méthode.****

La démographie. En 15 ans, la ville a perdu 3 000 habitants même si le maire, René Couanau, a contesté les chiffres de l'Insee.  Le manque d'emploi et la hausse des loyers dans le centre-ville a contribué à faire partir les jeunes couples.

Le tourisme . Saint-Malo reste une ville très attractive l'été mais de l'avis de tous les candidats elle pourrait accueillir beaucoup plus de monde durant la basse saison si son patrimoine était mieux mis en valeur.

MUN saint-malo pap